Rechercher

BRESIL PARTIE VI - SALVADOR DE BAHIA

Dernière mise à jour : 7 oct. 2019

Une grande métropole construite sur les plages et les hauteurs, comme un fort naturel... Lorsque l'avion est en approche de l'aéroport, on a du mal à s'imaginer qu'il est facile de s'y promener tant elle parait tentaculaire...Vu du ciel ce sont aussi les clochers des quelques 365 églises qui vous sautent aux yeux : SALVADOR la Rome noire !




LE SECTEUR DE BARRA

C'est là qu'il faut aller se promener, se baigner et faire les boutiques ! Une longue avenue au bord de plages de sables fins, entrecoupées de rochers et de forts...

Commençons la visite des lieux par la très jolie église Paroquia Nossa Senhora da Vitoria au croisement de l'Avenida Sete de Setembro et de la Rua de Graça. L'église, la deuxième plus ancienne du pays, abrite une grande collection d'images baroques de l' école bahianaise du XVIIIe siècle sur son autel.


Si l'intérieur est plutôt réussi, marqué par l'influence portugaise avec des azulejos au coeur, la vue depuis la terrasse à l'arrière est superbe. Se détache magnifiquement l'Igreja Santo Antonio de Barra


Cette église, à l'intérieur baroque et rococo, est dédiée aux esclaves. Elle aussi dispose d'une terrasse ouverte sur la mer, offrant de jolies vue sur le Forte Santa Maria


La promenade le long de la plage est agréable jusqu'au Phare de Barra, bordée d'échoppes, de commerces et de restaurants


Pour déjeuner nous optons pour le Portal do Mare, qui nous propose une gigantesque House Mariscada contenant crabes, langoustes, clams, pieuvre et darnes de poissons... un régal


L'EGLISE DE BONFIM

Une des 369 églises de SALVADOR mais elle est particulière ! Partout dans la ville on vous donnera ou vendra des bracelets de couleur marqués à son nom et il vous sera expliqué qu'il vous faut l'accrocher à votre poignet avec trois nœuds. A chaque nœud correspond son vœu. Pourqu'ils soient exaucés il faut maintenant aller à l'église de BONFIM et attacher votre bracelet à la grille qui entoure l'église en reformulant vos vœux...!



L'église est construite dans un style néoclassique, avec une façade rococo, sur une butte - colline sacrée pour les bahianais - qui rend son dimensionnement remarquable !


L'intérieur est typique des églises de la région, avec une richesse du détail et des ornements remarquables



DECOUVRIR LA CAPOEIRA : DANS UNE ECOLE OU DANS LA RUE ?

La Capoeira est un Art Martial afro-brésilien très connu et principalement pratiqué ici à Salvador de Bahia.

Elle se distingue des autres arts martiaux par son côté ludique et acrobatique ! Les pieds sont très largement mis à contribution durant le combat bien que d'autres parties du corps puissent être employées telles que, principalement, les mains, la tête, les genoux et les coudes.

Alors pour la découvrir : est-il mieux de la voir dans la rue ou de participer à un cours dans une des nombreuses écoles de la ville ?

LES ECOLES DE CAPOEIRA

Elles sont très nombreuses, chacune ayant son propre style tout en respectant les règles fondamentales. On trouve même dans le centre historique des écoles de Capoeiras angolaises ! Pas la peine de vous faire la liste des endroits où les trouver, elles sont visibles en vous promenant dans la rue. Souvent les cours se font entre 5pm et 8pm


De nombreux intérêt à entrer pour voir leur pratique :

Premièrement, parce que justement c'est ouvert à la population et vous assistez aux combats au milieu des parents , frères et sœurs, et compétiteurs !

Ensuite parce que vous avez devant vous de vrais compétiteurs qui certes font le show mais pas pour gagner leur vie ; pour le plaisir et ca se ressent dans une ambiance survoltée !

Enfin, c'est gratuit...



LA CAPOEIRA DANS LA RUE

D'aucun diront que c'est l'origine de la capoeira ! Les luttes traditionnelles étaient proscrites chez les esclaves, aussi pour braver les interdictions ils en donnaient l'apparence de danse folkloriques. Aujourd'hui, dans les rues de Salvador vous ne trouvez plus que de la danse folklorique de Capoeira à but lucratif... et touristique.


Alors, certes c'est plus participatif car les compétiteurs n'hésitent pas à tenter de vous apprendre quelques rudiments de leur lutte, à vous prendre en photo avec eux. Mais vous vous trouvez surtout soulagés, non pas de quelques calories mais de plusieurs dizaines de réals....



LE SPECTACLE O COLISEU

Le repas spectacle O COLISEU est absolument incontournable. Après le buffet varié et de qualité satisfaisante, et un chanteur de fado (partie peut-être un peu longue), le spectacle démarre par des chants et danses traditionnelles d'origine africo-brésilienne très largement inspirée des traditions issues des origines des esclaves.


Le clou du spectacle attendu par tous est la démonstration de Capoeira : une dextérité incroyable, les combats s'enchaînent et à chaque fois nous sommes épatés par la souplesse, la musculation et la rapidité des intervenants...IMPRESSIONNANT !








LE CENTRE HISTORIQUE

Classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco, la cœur historique de Salvador est mieux conservé que celui de SAO LUIS (qui d'ailleurs devrait être déclassé). On peut peut-être regretter que les subsides versés ont permis également la floraison de commerces à vocation touristique mais il en ressort que la visite est agréable et que ceux ci ne gâchent en rien la beauté du site.



Départ depuis l'hôtel Aram YAMI , rua Direta de SANTO ANTONIO en direction du PELOURINHO. Les façades colorées et décrépies montrent le signe du temps. Quelques bars, pousadas ponctuent le chemin pavé, mais aussi quelques boutiques d'Art et musée (centre do Artes,...)

Nous dépassons l'Igreja do Boqueirão (Venerável Ordem Terceira de Nossa Senhora da Conceição do Boqueirão), bien éclairée la nuit, puis laissons sur notre droite le Plano inclinado do Pilar qui permet de rejoindre le ville basse,et poursuivons jusqu'au couvent des Carmes, aujourd'hui en partie transformé en hôtel, et dont l'intérieur de l'église (ORDEM PRIMEIRA DO CARMO CHURCH) reste à vocation religieuse

Juste à ces côtés l'Igreja da Ordem Terceira do Carmo de Salvador, présente un escalier magistral devant son porche. L'ordre des Carmes est une référence en matière de mysticisme et de dévotion à Notre- Dame : Unique parmi tous les ordres religieux de l'Église catholique à naître en Terre Sainte, l'Ordre des Carmes a l'une de ses plus grandes gloires: ses origines presque totalement inconnues entre la fin du XIe et le début du XIIe siècle de notre ère. Ce qui, cependant, est devenu l'une des principales références à la fois dans l'Église catholique et dans les autres religions en matière de mysticisme et de dévotion à Notre-Dame.


Le chemin vers le Pelourinho se divise alors en deux parties, la partie basse principalement occupée par des restaurants descend fortement, c'est la Ladeira do Carmo qui offre de splendides vues en descendant ou en venant du Pelourinho.



La voie haute, R Ribeiro dos Santos est plutôt occupée par des ateliers d'artisanat et de peinture. Nous l'empruntons pour visiter une autre église face aux immenses escaliers de la ladeira do Carmo, l'Igreja Nossa Senhora do Passo. Son clocher de tuile pyramidale est particulièrement visible de loin ! Le plafond de la nef, avec une peinture de la perspective illusionniste baroque est attribuée à Antonio Pinto. A noter qu'un film "The Payer of Promises" a été tourné en 1962, Palme d'Or à Cannes, dans les escaliers donnant accès à cette église. Ces escaliers ont été également le théâtre de l'enregistrement du titre musical de Paul SImon "The obvious Child". Un autre fait intéressant est qu'au deuxième étage de l'église, la caméra originale utilisée pour le tournage, ainsi que d'autres objets et la chaise du directeur, Anselmo Duarte, sont exposés.


En sortant de l'église, nous poursuivons notre chemin dans cette rue calme, la Rua do Passo en journée (mais déconseillée le soir)


Au coin de la rue, avant de descendre à gauche pour rejoindre le Pelourinho, Le Ladeira do Taboão - CENTRO ESPIRITUALISTA IMACULADA CONCEICAO, est une petite placette offrant une jolie vue sur l'Igraja Nossa Senhora do rosãrio dos Pretos Elle est aussi intéressante pour ses très jolies fresques peintes représentant des personnages célèbres comme Bob Marley mais aussi des scènes sorties de leur imagination ou de la vie quotidienne !

Nous descendons la Rua do Passo, pour atteindre sur notre droite l'immense place Largo do Pelourinho.



Dominant largement la place, c'est d'ailleurs l'une des photos favorites des touristes, l'Igreja Nossa Senhora do Rosario dos Pretos est une église construite par les esclaves (car ils étaient interdits de séjour dans les autres). Il leur a fallu presque un siècle pour la terminer...

L'église du Rosaire des Noirs est une structure imposante à laquelle on accède par un patio en partant de la Rua do Carmo. Le patio, qui sert de cimetière, a une clôture de fer basse. La façade présente un corps central de deux étages, surmonté d'un fronton de couronnes de pignons et flanqué de clochers dont la finition a superposé des bulbes recouverts de tuiles. Les deux clochers sont en pierre de taille, contrastant avec le calcaire bleu de la façade.

Un regard en arrière nous permet d'admirer certainement l'une des plus belles vues de ce quartier, et d'apprécier la difficulté de la route de retour...



Sur la place une superbe bâtisse bleue attire l’œil : la Fondation Casa de Jorge Amado. C'est aussi l'endroit où les Bahianaises aiment à se faire photographier dans leur costume traditionnel et où les musiciens viennent le soir mettre l'ambiance en jouant du tambour.


Nous entrons maintenant dans un secteur très commerçant avec de multiples rues, qui se croisent, et mènent aux deux places les plus touristiques : Largo do Cruzeiro de Sao Francisco et la Praca terreiro de Jésus


Sur la première nous découvrons deux magnifiques églises : l'Igreja e Convento de Sao Francisco et l'Ordem Terceira Secular de São Francisco.




Nous entrons tout d'abord dans la première, église et couvent de Sao Francisco. Si l'extérieur est relativement simple nous sommes émerveillés par les œuvres d'art ornées, les détails fins et les plafonds dorés en entrant dans ce monument colonial emblématique. Cette église catholique du XVIIIème compte avec son couvent le plus grand nombre d'azulejos parmi toutes les églises d'Amérique latine !




La seconde - IGREJA DA ORDEM TERCEIRA SECULAR - qui la jouxte sur sa gauche, est un exemple éloquent de la tradition baroque du pays. Elle a été répertoriée à l'Institut du Patrimoine historique et artistique national et a même été candidate à l'élection des 7 Merveilles du Brésil. Ce type de façade richement décorée est assez unique au Brésil.


La Praca Terreiro de Jésus est une immense et magnifique place entourée de commerces et d'église. Point central de la vie publique du Pelourinho, la place est toujours très animée : petites échoppes tenues par des bahianaises proposant acarajés, smoothies et coco fraîches, spectacles improvisés de capoeira auxquels les visiteurs sont invités à prendre part, manifestations diverses... Un lieu de passage obligé !


En 1933 la Catedral Basílica du Terreiro de Jesus devient la nouvelle cathédrale de Salvador : façade maniériste taillée dans de la pierre de lave importée du Portugal, retables aux sculptures dorées de style baroque, plafond de bois sculpté et magnifique sacristie...




C'était le lieu où les jésuites centralisaient leurs activités missionnaires avant de devenir le siège de l'archevêque métropolitain et primat du Brésil. Le bâtiment maniériste aux majestueuses proportions et l'un de plus imposants du centre de Salvador et est aussi vieux que la ville elle-même.Pour ce qui est de la décoration de l'intérieur, les travaux se prolongent, si bien que les 13 autels couvrent des périodes et des styles variés : classique, Renaissance, néo-baroque et rococo. Trônant sur le Terreiro de Jesus, la cathédrale est immanquable et doit absolument être visitée.



Autour de la place, on peut aussi admirer l'Igreja de São Pedro dos Clérigos, l'Igreja de São Domingos Gusmão, ou encore le Museu Afro-Brasileiro da UFBA, installé dans l'ancienne faculté de médecine.



Poursuivons notre visite par la Praca Da Sé. On peut y observer les vieilles fondations des premiers bâtiments du quartier et de la cathédrale. Elle est maintenant dotée d'un nouveau belvédère et d'un monument commémoratif en hommage à l'ancienne cathédrale : la Cruz Caída (Croix Tombée), oeuvre de Mário Cravo édifiée là où se dressait jadis la cathédrale. Vous y trouverez également le Mémorial dédié aux baianaises !


C'est aujourd'hui un nœud de communication central du vieux-centre en même temps qu'un espace public important et un lieu de passage obligé pour les visiteurs. On y vient notamment pour le coucher de soleil sur la baie...

Un peu plus loin une autre place s'ouvre sur le magnifique PALACIO RIO BRANCO abritant intialement le palais du gouverneur, aujourd'hui la Fundação Cultural do Estado da Bahia et le " Memorial dos Governadores "



C'est également que sur cette place se situe l'Elevador LACERDA premier ascenseur public au monde ! À 72 m de haut, il permet à 900 000 personnes par mois de rallier en 30 secondes la partie haute et la partie basse de la ville. Depuis 2006, l'Elevador Lacerda fait officiellement partie du patrimoine architectural de Salvador. Notons enfin que l'ascenseur représente le moyen le plus sécurisé de circuler entre les deux parties de la ville, la rue contournant la butte constituée par la ville haute - nommée Ladeira da Montanha - pouvant s'avérer peu sûre.


Visible depuis le haut de l'ascenseur, le Mercado Modelo regroupe plus d'une centaine d'échoppes de souvenirs, bars et restaurants. A l'origine ce bâtiment servait de centre de " tri " des esclaves à leur arrivée à Salvador. On peut toujours emprunter les escaliers qui descendent vers les sous-sols gorgés d'humidité où ils étaient parqués dans l'attente des ventes aux enchères.


L'ambiance du soir se situe sur les places Largo do Cruzeiro de Sao Francisco et la Praca terreiro de Jésus, où se trouve également un excellent restaurant au service soigné : le CUCO BISTRO










56 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout