Rechercher

FLORENCE à la rencontre des Maîtres

Nous voici arrivés à Florence, après quelques péripéties avec notre véhicule qui se retrouve immobilisé pendant quelques jours...

RAPPEL : en cliquant sur les photos vous accédez à l'ensemble des photos du même thème

CASA OLIVIA

Appartement fonctionnel et bien grand comprenant une belle cuisine équipée, un salon avec télé , une petite salle de bains avec baignoire et une belle chambre avec AC

Mais c'est surtout la déco très vintage qui fait le charme de cette étape




LA VILLE

Nous voici arrivés à Florence, après quelques péripéties avec notre véhicule qui se retrouve immobilisé pendant quelques jours...

Florence fait partie des villes d'Italie les plus visitées et l'une des plus riches en monuments et en œuvres d'art. Beaucoup la situe parmi les plus belles d’Italie, après Rome

Elle fut pendant très longtemps, un des chefs-lieux de l’art et de la culture européenne, devenue le berceau de la Renaissance italienne qui rayonna sur le monde entier et est devenue une référence incontestée

Partout dans la ville se cachent de véritables trésors. L'un de ses sites les plus emblématiques est le Duomo, magnifique cathédrale dont la coupole en terre cuite a été conçue par Brunelleschi et, le campanile, par Giotto.

Autre emblème : le Ponte Vecchio. Il y a aussi le trio des maîtres : le David de Michel-Ange que l'on admire à la Galleria dell'Accademia, La Naissance de Vénus de Botticelli et l'Annonciation de Léonard de Vinci, visibles à la Galerie des Offices.

À ces œuvres incomparables s'ajoutent les palais, les églises, les places historiques sponsorisés en leur temps par les prestigieux Médicis.

Il faut visiter le Palazzo Vecchio qui abrite la mairie et surtout un immense musée, les chapelles des Médicis et tant d'autres merveilles.

On peut aussi cheminer à travers le marché de San Lorenzo spécialisé dans le cuir puis rejoindre le Mercato centrale, merveilleux marché couvert dans les coulisses de la divine cuisine toscane.

Mais sachez que c'est à la basilique Santa Croce que Stendhal souffrit du mal lié à la vue d'une surcharge d'œuvres d'art, depuis connu sous l'appellation de syndrome de Stendhal, connu aussi sous le nom de syndrome du voyageur. C’est une réaction psychosomatique qui naquit suite à la l’émerveillement que ressentit Stendhal lorsqu’il visita Florence pour la première fois. Il fut touché, frappé en plein cœur par ce qu’il y a découvert : une ville d’une beauté romantique à couper le souffle. Ainsi, il resta pendant longtemps imprégné par ce « battement de cœur » que lui avait suscité Florence. Nous partons assez tôt pour ne pas être écrasé par la chaleur. 35 °C sont annoncée dans l'après-midi

Départ depuis notre appartement le long de l'Arno pour un ballade de plus de 16 km : et oui, c'est aussi sportif !

au vu de l'importance des différents sites visites nous ferons une parution générale (celle-ci) et des parutions spécifiques pour les bâtiments et visites les plus emblématiques

voici notre parcours :



BASILICA DI SANTO SPIRITO




La basilique de Santo Spirito est certainement un des endroits les plus évocateurs parmi toutes les églises italiennes.

À l’intérieur, vous pourrez revivre la beauté des artistes florentins les plus célèbres et au-delà. L’un des artistes qui a le plus contribué à la majesté de l’église était Michel-Ange, qui au cours de ses premières études a eu l’occasion de profiter de la splendeur de la basilique pour s’inspirer de l’une de ses œuvres les plus importantes, le crucifix en bois.

L’expérience offerte par les Augustins ouvre les portes de l’âme et de l’esprit à la croissance spirituelle et culturelle.

En franchissant les portes de la basilique, l’œil est rempli d’étonnement.

A l'intérieur, la basilique Santo Spirito ne se distingue pas seulement par son élégance et sa fonctionnalité, mais elle abrite aussi un grand nombre de chefs-d’œuvre d'art florentin de style Renaissance. Le spectaculaire autel avec marbres polychromes est l'œuvre du sculpteur et architecte, Giovan Battista Caccini (1556-1613).

De retour après avoir été exposé à Turin et Naples. Au milieu de l'ancienne sacristie de l'église, trône un Christ en croix entièrement nu, d'environ 1,40 m, sculpté par Michel-Ange à l'âge de 18 ans (l'artiste l'avait offert à la basilique pour remercier les prêtres de leur accueil).

À l'intérieur, il est possible de revivre la beauté des artistes florentins les plus célèbres et au-delà. L'un des artistes qui ont le plus contribué à la majesté de l'église était Michel - Ange , qui pendant ses études de jeunesse a eu l'occasion de profiter de la splendeur de la basilique jusqu'à ce qu'il soit inspiré par l'une de ses œuvres les plus importantes, le crucifix en bois . L'expérience offerte par les Augustins ouvre les portes de l'âme et de l'esprit à la croissance à la fois spirituelle et culturelle.

Le parcours proposé part de l'allée de droite , où nous nous immergeons dans une promenade de savoir et de spiritualité sous la bannière d'artistes tels que Pier Francesco Foschi , Jacopo Sansovino , Giovanni Baratta et bien d'autres. L'alternance dans les autels de peintures, de décors en marbre et de bas-reliefs d'un travail admirable nous accompagne tout au long du voyage.

En nous déplaçant le long du transept droit, nous nous trouvons devant huit chapelles placées selon un schéma architectural classique, deux de chaque côté le plus court et quatre du côté droit. L'œuvre qui ressort au premier coup d'œil se trouve certainement dans la chapelle de Nerli. Le Nerli Pala (Vierge à l'enfant et aux saints Giovannino, Martino et Caterina d'Allesandria ) de Filippo Lippi , qui représente une vue du quartier historique de San Frediano , est certainement l'une des œuvres les plus célèbres de la basilique.

En continuant le chemin, nous rencontrons l'une des chapelles les plus majestueuses de la basilique, celle du Frescobaldi , Cini , Dainelli da Bagnano . À l'intérieur se trouvent le retable du Christ et de la adultère par Alessandro Allori , signé et daté 1577, avec le portrait de la famille Da Bagnanodans la prédelle. La façade est du 16ème siècle et le vitrail, en haut, date de la fin du 15ème siècle. En haut à gauche, il y a un chœur du XVIIIe siècle grâce auquel les marquises Frescobaldi pouvaient participer à la liturgie depuis leur palais privé attenant à l'église, sans être vues par les gens. À côté de la croix de tête, nous rencontrons la chapelle Corbinelli , qui montre tout le raffinement et la virtuosité d' Andrea Sansovino avec l'union de l'architecture et de la sculpture. Des pilastres élégants, décorés de candélabres entre trois niches, rappellent les arcs de triomphe romains. Dans la niche centrale se trouve un tabernacle en forme de sanctuaire qui montre, en bas-relief, le Christ ressuscité sur la porte. Dans les niches latérales il y a les statues de San Matteoet San Giacomo , surmonté du tondi avec l' archange Gabriel et la Vierge annoncée .

Le chemin à l'intérieur de la basilique se termine par le bas-côté gauche qui abrite des œuvres d'artistes de la stature de Michele di Ridolfo del Ghirlandaio , Taddeo Landini jusqu'à Pier Francesco Foschi , avec lequel notre promenade à l'intérieur de la basilique se termine. Le complexe monumental de l'esprit saint offre également un espace exclusif dédié au chemin des Augustins (musée), dont l'entrée est située sous l'orgue, qui avec ses mélodies sacrées imprègne l'espace évocateur de la basilique et inonde l'accès au vestibule. la sacristie.

Informations et horaires sur BASILICA SANTO SPIRITO

Tous les jours 9h30-12h30 et 16h-17h30, dimanche à partir de 11h30. Fermé mercredi. Entrée libre

PALAZZO PITTI


Le Palazzo Pitti aurait été projeté par Brunelleschi.

La construction de cet imposant bâtiment fut effectué dans la deuxième moitié du 15ème siècle. Luca Pitti voulait que sa résidence soit la plus majestueuse de la ville. Pitti acheta toutes les maisons qui se situaient entre son nouveau Palazzo et le sentier de la colline pour y construire le Jardin de Boboli.

Un siècle plus tard Eléonore de Tolède, épouse de Cosimo Ier de Médicis, achète le Palazzo et à partir de ce moment et au cours des deux siècles suivants, le Palazzo a été restructuré et agrandi pratiquement comme nous le connaissons aujourd’hui.

Le Palazzo Pitti abrite aujourd'hui d’importantes collections de sculptures, peintures, objets d'art, costumes et porcelaines, dans un complexe muséal et monumental qui comprend divers musées

Sa façade extérieure très imposante met en évidence des sculptures de lions dont les traits changent en fonction de leur humeur !



PONTE VECCHIO


Comme le Rialto à Venise, Florence a son vieux pont, un lieu dont la simple vue fait sensation : le ponte Vecchio.

Construit entre 1335 et 1345, il se compose de trois arcs qui forment son ossature. Jadis, c’était le siège de l’orfèvrerie et de la joaillerie de l’Italie.

Les origines du « ponte Vecchio » remonteraient à l’époque romaine, en 120 apr JC, donc au 10e siècle lorsqu'il permettait le passage de la via Cassia, une antique voie romaine, sur l'Arno.

Après remaniement il permit l'installation d'échoppes : bouchers, poissonniers et tanneurs, qui profitèrent de l'écoulement dans l'Arno par souci d'hygiène.

Le corridor était d’une grande utilité pour la famille de Médicis. Couloir protégé et couvert, le corridor de Vasari (corridoio Vasariano), qui surplombe l'une des rangées de boutiques, du côté de la colline, permettait aux Médicis de quitter le palazzo Vecchio pour rejoindre le palazzo Pitti, sans se mêler à la population parfois agitée, et marcher au sec !

Les odeurs puantes générées par l’activité des bouchers qui, fort peu soucieux de la préservation de l’environnement, jetaient un peu n’importe comment les déchets de leur commerce dans le fleuve de l’Arno ont commencé à gêner sérieusement les promenades des Ducs. Ces derniers, à la fin du XVIe siècle, se séparèrent d’eux et les joailliers, bijoutiers et orfèvres prirent leurs places en 1593. De la halle qui dégageait une odeur nauséabonde au nouveau quartier VIP, la transition fut rapide. Des joyaux peuplent donc désormais l’environnement de ce pont.

Pour l'anecdote, le mot " banqueroute " viendrait de la location de ces étals : si un commerçant ne pouvait payer, son banc (" banca ") était cassé (" rotta ").

Le Ponte Vecchio est l'un de ces rares ponts médiévaux encore debout à conserver des maisons étagées construites en son sein.

Que ce soit de leur vivant ou à leur mort, les grands hommes méritent bien qu’on leur rende hommage. C’est ce qui fut fait au sujet de Benvenuto Cellini à Florence. Imposant, colossal, le buste de ce célèbre personnage aux multiples fonctions (dessinateur, orfèvre, fondeur, médailleur, sculpteur et écrivain) trône en plein cœur du pont Vecchio, sur le bord aval. Cette œuvre réalisée par Raffaello Romanelli mérite bien quelques minutes d’arrêt et d’attention lors d’une visite du ponte Vecchio. Ne manquez donc pas de découvrir ce monument qui accentue le charme du Ponte Vecchio.

Informations et horaires sur PONTE VECCHIO

Relie le quartier de Santo Spirito à San Giovanni. Les boutiques sont généralement ouvertes du lundi au samedi 9h-19h.

PIAZZA DEL SIGNORA



Cette place raconte toute l’histoire de la cité. Au temps de l’Empire Romain, sous l’empereur Hadrien, la place était un vaste complexe thermal. Au début du Moyen-Âge, les thermes ont disparu et les artisans se sont petit à petit installés sur la place. Elle fut depuis le lieu des grands rassemblements, des insurrections, le cadre de supplices et le décor de fêtes somptueuses. Alors que la piazza delDuomo, à quelques centaines de mètres, est le symbole religieux par excellence de l’archidiocèse de Florence, la piazza della Signoria représente le cœur politique et historique de Florence. C’est le cœur de la ville donnant accès à certains des monuments majeurs de Florence.

La Piazza dellaSignoria, en plus d’être la plus belle place de Florence, est l’un des lieux les plus vivants de la ville. Tout au long de l’année, et plus particulièrement durant les nuits d’été, habitants et touristes se réunissent pour écouter les artistes florentins qui s’approprient cette place.

LA FONTAINE DE NEPTUNE


La grande fontaine fut construite par Bartolomeo Ammannati et ses disciples, pour servir de cadre lors de la cérémonie de l’union entre François Ier de Médicis et la grande-duchesse Jeanne d’Autriche en 1565.

Au départ, le travail était commandé à Baccio Bandinelli qui en esquissa le plan, mais ce dernier mourut avant le début de la réalisation. Le personnage de Neptune, représenté en marbre blanc, affiche les marques de Cosme Ier de Médicis, duc de Toscane, et fait référence à la puissance navale de Florence. Il s’appuie sur un socle décoré par les statues de Scylla et de Charybde. On y perçoit l’influence de la préciosité avec les irréels chevaux marins, les satyres esquissant des pas de danse et les divinités tutélaires des fleuves.

La statue de Neptune, extrêmement lourde fut surnommée « le gros blanc » par les Florentins. Neptune a les traits de Cosme Ier. Les naïades et les satyres de bronze qui ornent la margelle rachètent la lourdeur de l’ensemble.

LOGGIA DEI LANZI


Également appelée Loggia dellaSignoria, fut édifiée entre 1376 et 1382 par Benci di Cione et Simone di Francesco Talenti, élèves d’Andrea Orcagna avant de devenir un petit musée en plein air. A l’origine, elle était destinée aux cérémonies et manifestations de grande envergure de la république comme l’intronisation des gonfaloniers et des prieurs.


Sur ses arcades se trouvent différentes sculptures telles que L’Enlèvement des Sabines et Persée tenant la tête de Méduse. Il s’agit sans aucun doute de l’un des meilleurs lieux où s’assoir et se reposer à Florence

STATUE EQUESTRE DE COSME I


Vers le centre de la place, la monumentale statue équestre en bronze de Cosme Ier, oeuvre du sculpteur Giambologna réalisée en 1594.

STATUE DE MARZOCCO


C’est une statue de Lion en pietra serena avec un blason aux armes du Lys de Florence. Elle vient de l’époque de la république et symbolise le pouvoir populaire des Florentins et de l’armée. La statue du marzocco fut commandée par Florence au statuaire Donatello qui la réalisa entre 1419 et 1420. Elle était destinée à orner l’escalier des appartements pontificaux de la Basilique Santa Maria Novella pour la visite du pape Martin V à Florence. Ici, la ville est puissante. Le Marzocco, le lion héraldique de Donatello, symbolise la puissance et la liberté de la commune.

LE BUCHER DES VANITES

Devant tant de certitudes et de défis accumulés par la commune, ne pas oublier, en évitant les passants qui la piétinent sans la remarquer, de méditer sur la plaque commémorative matérialisant l'emplacement du bûcher des vanités, dressé en 1497 par le frère dominicain Girolamo Savonarole. Il y fit brûler l'ensemble des livres qu'il jugeait indignes de lecture et, ironie du sort, il y fut lui-même réduit en cendres l'année suivante.


LE PERSEE

L’œuvre majeure est le Persée de Benvenuto Cellini, première œuvre en bronze coulée d’une seule pièce qui lui demanda 10 ans de travail. Les originaux des statues du piedestal sont au musée du Bargello.

ENLEVEMENT DES SABINES

Une autre œuvre importante est l’enlèvement des Sabines de Giambologna, taillée dans un seul bloc de marbre. Elle devait, à l’origine représenter la vieillesse, l’âge viril et la beauté féminine.

PALAZZIO VECCHIO


Le Palazzo Vecchio, l’édifice le plus emblématique de la place, est l’hôtel de ville de Florence. Ce palais-forteresse, en forme de parallélépipède apparaît sur la Piazza dellaSignoria, l'un des plus beaux exemples d'architecture publique médiévale (1299-1314), dont se détachent les 94 m de la tour d'Arnolfo (vue sur la ville, avec accès à la salle dei Gigli).

Il fut bâti au début du XIVe siècle et appelé le Palais du Peuple. Son nom remonte au transfert des Médicis pour le nouveau Palais Pitti. À partir de là, le palais reçut le qualificatif de vecchio, « vieux » en italien. La construction du palais débuta en 1299 sous la direction d’Arnolfo di Cambio. Son ancien était Palazzo della Signoria, Palais de la Seigneurie, et il était le siège du gouvernement de Florence.

Le symbole de la puissance de la ville et l'un des plus beaux exemples d'architecture publique médiévale. Avec sa tour de 95 m de haut, le palais domine la Piazza dellaSignoria, qui forme un véritable musée de sculpture en plein air. Erigé entre la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle sur le projet d'Arnolfo Di Cambio, le palais fut agrandi aux XVe et XVIe. Siège de la Seigneurie, le palais hébergea temporairement les Médicis à l'époque de Cosmo Ier jusqu'à leur déménagement au Palazzo Pitti. Le Palazzo della Signoria prit à cette époque le nom de Vecchio et Vasari y travailla.

La visite du musée permet d'admirer la richesses des pièces, les fresques au plafond et surtout l'incroyable salle des Cinq-Cents. Cette dernière a accouché de nombreuses réunions du Conseil de la République, ordonnées par Savanarole. Les peintures sur les murs, assurées par des artistes issus des ateliers de Michel-Ange, content les batailles contre Pise et Sienne. La décoration fut, elle, assurée par Vasari. Impressionnant et somptueux à la fois !

Devant son entrée, des statues d’Adam et Eve, David de Michel-Ange (copie) et Hercule et Cacus.

Informations et horaires sur PALAZZO VECCHIO

D'octobre à mars 9h-19h, jeudi 9h-14h ; d'avril à septembre 9h-23h, jeudi 9h-14h. Tour : 10h-17h (21h d'avril à septembre), jeudi 9h-14h. Musée 10 €, tour 10 €, musée + tour 14 €.

BASILICA SANTA CROCE


Considérée comme le Panthéon des grands Italiens, la basilique Santa Croce (ou Sainte-Croix) abrite de grands génies. Michel-Ange, Galilée, Alfieri, Machiavel, Foscolo, Rossini et d'autres y ont leur tombe.

La construction de l’église actuelle commença en 1294. Ses dimensions devaient concurrencer l’église des Dominicains, Santa Maria Novella. Elle fut achevée à la fin du XIVème siècle mais sa façade actuelle ne date que du XIXème siècle . Aujourd'hui encore, elle est la plus grande des églises franciscaines du monde.

La statue, à gauche de l’église représente Dante.

L'édifice est aussi un important exemple d'art gothique, décoré par les fresques de Giotto et celles de ses successeurs. Les sculptures de style Renaissance attribuées à Donatello, Rossellino, Desiderio et d'autres rendent l'atmosphère unique.

L’église présente un plan en T à 3 nefs séparées par des piliers octogonaux. La nef centrale, très large n’a pu supporter qu’une charpente en bois peint.

Pour financer Santa Croce les Franciscains durent faire appel à la générosité de riches familles Florentines. En contre-partie, celles-ci demandèrent d’y être enterrées et les somptueuses chapelles du transept portent leurs noms.


La chapelle Baroncelli décorée par Taddeo Gaddi, élève de Giotto, sur le thème de la vie de la Vierge conduit à la sacristie et à la chapelle Rinuccini couverte de fresques sur la vie de la Vierge et de Sainte Marie Madeleine. Les chapelles Bardi et Peruzzi furent peintes par Giotto lui-même et il y travailla de longues années. Ces fresques, malheureusement recouvertes de chaux au XVIIIème siècle bien que restaurées récemment ne permettent plus de retrouver leur beauté originale. Une autre chapelle Bardi contient le crucifix en bois de Donatello.

La chapelle Pazzi se trouve dans le premier cloître du XIVème siècle. Elle devait servir de chapelle funéraire à la famille Pazzi, mais suite à leur conjuration (les membres de la famille étant soit exécutés soit exilés) celle-ci resta vide. C’est l’un des chefs d’œuvres architectural de Brunelleschi mais elle ne fut terminée qu’en 1470 soit 20 ans après sa mort.