Rechercher

ISTANBUL BEYOGLÜ

Dernière mise à jour : 3 oct.

Pour notre dernière journée à Istanbul, destination le quartier moderne. Ballade à pieds entre Galata et Taksim, entrecoupée de quelqeus visites d'églises, mosquée et synagogue, mais surtout accès sur l'avenue de l'indépendance et ses pazari et marchés locaux.. Nous prenons le tram jusqu'au pont de galata investi par les pêcheurs, les cafés et les échoppes de poisson, que nous choisissons de traverser à pieds.

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS DE BEYÖGLÜ EN CLIQUANT SUR LA PHOTO CI DESSOUS

Nous savons, suite à des fouilles, que le quartier de Beyoglu a été habité depuis maintenant des millénaires. Le sous-district de Galata fut historiquement le premier endroit stratégique du quartier de Beyoglu, quartier qui se nommait alors Péra. Le quartier de Galata correspond géographiquement à la zone pentue se situant entre le quartier de Karaköy sur les rives du Bosphore et le quartier de Tünel en haut de la colline. Galata fut un quartier clé d’Istanbul occupé par les marchands génois et vénitiens du 13ème siècle au 15ème siècle.

Après la conquête d’Istanbul par les Ottomans en 1453, le quartier de Beyoglu passa aux mains des autorités ottomanes comme le reste de la ville. Cependant, de nombreux européens restèrent dans le quartier de Beyoglu après cette date. Ainsi, au 19ème siècle, Beyoglu représenté sans aucun doute la partie la plus occidentale d’Istanbul avec la présence de nombreuses boutiques et ambassades européennes, ainsi que la forte influence des arts et technologies venant de l’Europe.

Aujourd’hui encore, le quartier de Beyoglu, qui comporte plus de 230 000 habitants en permanence, demeure l’un des quartiers les plus animés d’Istanbul de jour comme de nuit avec ses restaurants, ses cafés, ses night clubs, ses boutiques et son animation artistique. D’ailleurs, Beyoglu est souvent considéré comme étant le centre culturel d’Istanbul


https://www.bing.com/maps?osid=51f2b91c-56ba-478b-9179-9f4b8bff2d5e&cp=41.029781~28.985956&lvl=16&v=2&sV=2&form=S00027


PONT DE GALATA (GALATA KÖPRÜSÜ)


C'est tout d'abord Beyazıt II (1481-1512) qui a demandé à Léonard de Vinci de construire un pont sur la Corne d'Or. Puis, l'offre ayant été rejetée, Selim Ier (1512-1520) tenta sa chance auprès de Michel-Ange, qui refusa par peur d'être excommunié par le pape Jules II.

Situé sur la Corne d'Or, le pont de Galata relie l'ancienne ville historique aux quartiers de Galata et de Beyoğlu.


Aujourd'hui, la promenade sur le pont de Galata au milieu des pêcheurs est un des grands moments d'une visite à Istanbul. Notez que vous pouvez également vous rendre sous le pont qui est investi de tavernes et de cafés. Enfin, tâchez de vous ménager un petit Istanbul by night en taxi depuis la ville moderne : la vue sur les mosquées illuminées est tout simplement magique !


ESCALIERS CAMONDO (KAMONDO MERDIVENLERI)


Du nom de l'illustre banquier juif qui le fit construire pour lui permettre de rejoinde sa résidence, cet escalier Art nouveau, aux formes onduleuses, étonne dans un environnement de bâtiments monumentaux. Il est apprécié des photographes de mode ou encore pour les jeunes mariés, malgré les tags...


LA TOUR DE GALATA


La tour de Galata (Galata Kulesi) est l'une des plus anciennes tours du monde. De tout en haut, vous obtiendrez l'une des plus belles vues sur Istanbul.

La première tour de Galata a été construite en bois en 528, pour servir de phare. En 1348, elle a été reconstruite par les Génois, sous le nom de "Tour du Christ".

Lors de la conquête de Constantinople en 1453, la tour a été prise par le sultan Mehmet II.

Sa hauteur, de seulement 61 mètres, n'est pas si importante. Ce sont le diamètre et la largeur de ses murs qui sont véritablement frappants.

Le diamètre de la tour, à sa base, est de 16,5 mètres à l’extérieur et de 8,9 mètres à l’intérieur. Cette différence indique que les murs ont une largeur de 3,7 mètres à sa base.

La largeur des murs diminue au fur et à mesure que vous montez, atteignant seulement 20 centimètres au sommet !


SYNAGOGUE NEVE SHALOM

Dans les années 1930, avec l'augmentation de la population juive vivant à Galata et Beyoğlu, la communauté avait besoin d'un nouveau lieu de culte. Le nouveau projet d'architectes diplômés de l'Université technique d'Istanbul, Elio Ventura et Bernard Motola a été accepté et la synagogue Neve Shalom a été ouverte le 25 mars 1951 en tant que plus grande synagogue d'Istanbul.


Neve Shalom signifie "Oasis de paix" et à la synagogue ouverte pour les prières du Shabbat, le plus important est l'hôte des cérémonies juives et de la commémoration des membres de la communauté ; comme les Bar Mitzvahs, les mariages, la Brit-Mila (circoncision) et les funérailles et est le plus grand lieu de culte de la communauté juive d'Istanbul.

Lorsque l'école primaire située à côté de la synagogue a été déplacée vers son nouvel emplacement à Ulus en 1994, le bâtiment vacant a été transformé en centre culturel Neve Shalom en 1998.

Le 6 septembre 1986, pendant la prière du samedi matin, des terroristes palestiniens ont attaqué avec des grenades à main et des mitrailleuses et ont tué 25 personnes qui priaient dans la synagogue à ce moment-là.

Le 15 novembre 2003 samedi matin, des terroristes liés à al-Qaïda avec un camion chargé d'explosifs se sont fait exploser sur l'avenue Büyük Hendek en même temps qu'un autre devant la synagogue Sisli Bet Israël où au total 24 personnes ont perdu la vie dans ces attentats . Les victimes des attaques terroristes parmi lesquelles six étaient juives sont toutes commémorées par la plaque spéciale dans le hall d'entrée de la synagogue Neve Shalom

La synagogue était fermée malheureusement lors de notre passage

EGLISE SAINT ANTOINE DE PADOUE


L’Eglise Saint-Antoine de Padoue, Sent Antuan Katolik Kilisesi en turc, est située dans le quartier de Beyoglu (Istanbul). L’Eglise Saint-Antoine de Padoue a été construite en 1725 par les franciscains pour les catholiques alors présents à Istanbul.

Cependant l’Eglise Saint-Antoine de Padoue en briques rouges qui est visible actuellement à Istanbul ne date que de 1912, après que l’église originale fut démolie et reconstruite par l’architecte italien Giulio Mongeri dans le but de faire plus de place pour la ligne de tramway qui passait à proximité.

L’Eglise Saint-Antoine de Padoue est devenue célèbre du fait que le pape Jean XXII y prêchait de 1935 à 1944 avant de devenir pape en 1958.


De style néo-classique, l’Eglise Saint-Antoine de Padoue constitue la plus grande église catholique d’Istanbul.Vous remarquerez que sur les murs ‘extérieurs de l’Eglise Saint-Antoine de Padoue se trouvent les quatre blasons de villes maritimes italiennes que sont Gênes, Pise, Venise et Amalfi.

Avant d’entrer dans l’Eglise Saint-Antoine de Padoue depuis la rue, vous traverserez une cour où se trouve également deux appartements dont l’église est propriétaire.


L’Eglise Saint-Antoine de Padoue a une longueur de 50 mètres et une largeur de 20 mètres. L’une des principales caractéristiques de l’Eglise Saint-Antoine de Padoue est que celle-ci est construite en briques rouges. et est constituée de mosaïques.

Vous pouvez visiter l’Eglise Saint-Antoine de Padoue et également assister aux messes quotidiennes qui se font en turc, en anglais, en polonais et en italien. Pour accéder à l’Eglise Saint-Antoine de Padoue, vous n’aurez seulement qu’à marcher sur l’Avenue Istiklal, l’église se trouvant sur cette avenue près du lycée Galatasaray.



CHURCH OF PANAGIA ISODION

Construite à l'origine en 1804, cette église orthodoxe grecque n'était d'abord qu'une structure simple avec une seule nef qui a ensuite été agrandie par Mahmud II. En 1837, le clocher est ajouté. L'église actuelle date de 1870.


Le nord du bema (plate-forme surélevée) est dédié à Panagia Zoodokhos et le sud à Panagia Evangelistria. Dans les petits cadres de la partie supérieure de l'iconostase figurent des scènes de la vie de Jésus. Sur la partie inférieure se trouvent des représentations de Panagia Eiosdoion, la Vierge Marie et l'Enfant Jésus, Jésus et Ioannes Prodromos. Dans les médaillons de l'ambon en bois, Jésus et les quatre auteurs des évangiles sont représentés. Le narthex est orné du Christ Pantocrator et l'arc des portraits des Apôtres.

AVENUE DE L'INDÉPENDANCE (ISTIKLAL CADDESI)


Au coeur de Beyoğlu, l'avenue de l'Indépendance (ancienne Grand Rue de Péra, Istiklal Caddesi en turc) est non seulement connue pour son tranway mais aussi et surtout son ambiance européenne et son animation débordante, tant au niveau des commerces que de la vie nocturne.

Des milliers de boutiques, cafés, bars et restaurants, pazari (dont le fameux marché aux poissons de Galatasary), pasaji se succèdent sur cette avenue piétonne de près de 2 kilomètres et les rues adjacentes.

Toutes les marques ou presque sont présentes pour le grand plaisir des shopphers !


PASSAGE DES FLEURS OU PASSAGE PÉRA (ÇIÇEK PASAJI)


Construit par un architecte français, ce passage relie l'avenue de l'indépendance au marché aux poissons (Balik Pasari)

Il tire son nom aux immigrés russes qui, ayant fui la révolution bolchevique en 1917, se sont lancés ici dans le commerce des fleurs. Le succès est immédiat. On retrouve parmi ses hôtes prestigieux Maria Callas. Le passage est très animé et garde son ambiance un peu rétro

BALIK PASARI


Un marché aux poissons est un lieu d'achat et de vente de poissons, de fruits de mer et d'autres produits. Il peut comporter pour les plus importants d'entre eux une halle à marée ou criée

A vrai dire, du fabuleux Balik Pasari il ne reste plus grand chose, excepté un stand de moules farcies au riz et un étal de poissons....

PASSAGE D'ALEP (HALEP PASAJI)

Ce passage a été imaginé en 1885 par un homme d'affaires originaire d'Alep en Syrie. Il abritait le cirque de Péra à l'arrière, une salle de théâtre et d'opéra ainsi que des magasins spécialisés en musique. Même après de nombreux remaniements et restaurations, ce théâtre demeure aujourd'hui encore (Ferhan Şensoy Tiyatrosu) : d'aspect moderne, il attire surtout une clientèle jeune. Cinémas de Beyoğlu et de Péra.

Là encore, nous avons pu constaté une moindre effervescence, nombre de magasins ayant baissé leurs rideaux


PASSAGE ATLAS (ATLAS PASAJI)


Construit en 1870, il avait été conçu comme une résidence privée, et le sultan Abdülaziz y avait même un appartement. Aujourd'hui, il est emblématique de la " vie alternative " d'Istanbul et héberge de nombreuses échoppes destinées majoritairement aux jeunes. Il y a des friperies, des magasins de souvenirs un peu baroques et de vêtements de seconde main. On y trouve le cinéma Atlas, le théâtre Sadri Alışık Tiyatrosu Küçük Sahne, un tatoueur et des bars.

HUSSEIN AGHA MOSQUEE


La mosquée Hüseyin Ağa, la mosquée Hüseyinağa, la mosquée Emin Bey ou communément appelée mosquée Ağa est une mosquée située sur la rue Istiklal dans le quartier Beyoğlu d'Istanbul, en Turquie. Il a été ouvert au culte en 1596. Il a été construit par Hüseyin Ağa, l'un des aghas du palais de Galata. Dans certaines sources, il est enregistré que l'état d'origine était bombé. II. Il a été relancé deux fois sous le règne de Mahmud. Après avoir été longtemps négligés, il est entendu que le mihrab, les murs et le corps du minaret de la mosquée, qui ont été restaurés jusqu'aux murs d'enceinte par l'administration des fondations en 1934, sont restés de l'ancienne structure. En 1950, un châssis a été dessiné entre les fenêtres par Halim Özyazıcı. La fontaine, qui a un travail élégant, a été apportée de la mosquée Sinan Pacha, l'œuvre de Mimar Sinan, et la fontaine, qui est qualifiée de "le plus grand chef-d'œuvre de la sculpture sur pierre turque" dans de nombreuses sources, a été apportée de l'Oluklu. Bayır Lodge à Eyüp. Devant le mihrab, se trouve le tombeau de Davud Ağa, l'un des chefs du palais de Galata, daté de 1056. Les pierres du cimetière, qui s'étendaient vers la rue principale, ont été enlevées lors de la réparation de 1934. Il a été endommagé lors du tremblement de terre de Gölcük en 1999.

EGLISE DE LA SAINTE TRINITE


Cette grande église est étonnante par son architecture qui n’est pas conventionnelle aux autres lieux de culte grecs.

Un petit chemin pavé traverse un jardin broussailleux d’où on peut admirer la façade sculptée. Deux grands clochers montent vers le ciel et donnent sa particularité à l’ensemble. C’est une des premières églises construites avec un dôme après la levée de l’interdiction. Les sultans avaient réservé ce style d’architecture aux seules mosquées jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’intérieur a été restauré complètement au début des années 2000. On peut y admirer de très belles icônes dont quelques-unes sont très anciennes.


Les rivalités entre les chrétiens d’Orient et les Latins de Péra étaient très fortes, atténuées quand même par l’éloignement des quartiers. Jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, les seuls Orientaux vivant à Péra ou Galata, étaient des membres catholiques des Eglises orientales. Si les cultures étaient différentes, la fidélité à Rome les unissait plus ou moins.

Le développement de Péra fini par attirer aussi des non catholiques et au début du XIXe siècle, une petite et discrète communauté grecque orthodoxe était présente dans les extrémités de Péra et aux alentours de la place de Galatasaray.

En 1804, les Grecs réussissent à obtenir de la part du gouvernement, un permis de construire pour une église à proximité du lycée impérial de Galatasaray. L’église Notre-Dame de Péra de l’époque est de petite taille et dissimulée derrière des maisons appartenant aux Grecs. Pourtant, elle symbolise la nouvelle présence des orthodoxes au milieu des Latins et cela va encourager l’installation d’autres Grecs à Péra.

Au cours de la première moitié du XIXe siècle, le nombre de Grecs va passer de 150 personnes à 1200. La majorité des nouveaux venus s’installe entre Galatasaray et Taksim, les plus pauvres, du côté de Tarlabaşı, où ils obtiennent en 1855 le droit d’ériger une nouvelle église qui sera inaugurée en avril 1861 (Saint-Constantin et Sainte-Hélène).



L’achèvement de cette grande église encouragea une fois encore l’installation de nombreux orthodoxes dans le quartier, particulièrement le long de la rue Siraselviler et la zone de Cihangir. Entre 1880 et 1914 la communauté grecque orthodoxe de Taksim-Cihangir connait un incroyable développement. Plusieurs écoles sont ouvertes, dont celle immédiatement à côté de l’église Sainte-Trinité, l’école de filles Zappeion.


TAKSIM SQUARE