Rechercher

ISTANBUL LES BAZARS

Dernière mise à jour : il y a 5 jours

Les bazars, Soliman le Magnifique et le Bosphore ou l'église Saint-Sauveur-in-Chora. Situé non loin de Sainte-Sophie et de la mosquée Bleue, le Grand Bazar (fermé le dimanche) reste une étape incontournable.

Il faudra y consacrer du temps pour en apprécier toutes les facettes, surtout si vous jouez le jeu du marchandage !


L'itinéraire que nous avons choisi permet de visiter quelques sites souvent hors du circuit touristique habituel comme les tombes de Mahmout II ou encore celle de Sinan Pasha, d'anciens caravansérails datant de plusieurs siècles (Vizir Hani, Büyük Yeni han, ou encore Büyük valid Han), des médersas (Ali Pacha) et bien sûr de magnifies mosquées (Nuruosmaniye, Ibrahim Pasha, Yeni Valide, Beyazit II, sans oublier la plus belle de toute, celle de Soliman le Magnifique)

Et bien sûr les bazars d'Istanbul : le Grand bazar couvert, le bazar égyptien et aussi bien entendu toutes les rues commerçantes qui compose un bazar à ciel ouvert très vaste

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS SUR NOTRE JOURNEE DANS LES BAZARS EN CLIQUANT SUR LES PHOTOS CI DESSOUS











TOMBE DU SULTAN MAHMOUD II


#Mahmud II #Turbesi est un des mausolées impériaux ottomans qui impressionne. Situé sur l’avenue Divan Yolu entre la place Sultanahmet et la place #Bayezid. Un tramway longe le #DivanYolu pour faciliter l’accès aux visiteurs à ce monument et divers autres sites touristiques.

Les visites à ce site se font tous les jours de 9h à 17h, l’entrée est gratuite.

CIMETIERE IMPERIAL OTTOMAN MAHMUD II

En empruntant Divan Yolu aménagé par #Constantin le Grand (272-337) comme route vers Rome, vous allez découvrir le grand mausolée Mahmud II Turbesi. Dans ce cimetière repose aussi d’autres sultans ottomans tel que le sultan Abdelaziz, son fils et le sultan Abdulahamid II, des membres de la famille et d’éminentes personnalités de la cour impériale ottomane à l’époque.

Le monument fut édifié en 1839 aprés la mort du sultan sous l’ordre de son fils le sultan #Abdulmecit. Le mausolée Mahmud II et les autres tombes sont entourées d’un jardin cerné par une grande clôture ornées de pierres sculptées.

Le tombeau du sultan se trouve dans un bâtiment octogonal doté un grand dôme, le tout bâti avec du marbre blanc. L’intérieur est somptueusement décoré de tapis et les murs portent richement des écritures de textes coraniques en faïences et des dessins floraux sculptés dans le marbre. Un grand lustre en cristal est suspendu de la coupole donne à l’espace encore plus de beauté.


VIZIR HANI


Le #Vezir Inn OU #VizirHani se trouve à l'extrémité sud des rues commerciales de #Kayseri, à proximité de l'angle nord-est de la mosquée #Ulu. La porte d'entrée se trouve du côté est, à côté de l'entrée du bazar d'#Urgancılar, qui fait partie du #GrandBazar.

Le bâtiment a été construit en 1724 par le Grand Vizir #Nevşehirli Damat İbrahim Pacha sous le règne d'Ahmet III. Afin d'augmenter l'importance et la valeur du bazar, il a été stipulé avec un édit que seules les professions respectées de l'époque, telles que le bijoutier, le fabricant de tissus et le fabricant de draps, pouvaient opérer dans le bazar. Avec cette application, les boutiques de l'auberge sont devenues très précieuses. Après la mort d'İbrahim Pacha, il fut libéré en 1731, déclarant que les commerçants qui voulaient un nouvel édit pouvaient exercer leur métier où ils voulaient.

Vezir Han est un bâtiment en pierre de taille, il a deux étages et deux cours. Après la petite cour irrégulière à l'entrée, on pénètre dans une très grande cour, au milieu de laquelle on rapporte qu'il y avait autrefois un bassin fontaine. L'étage supérieur est accessible par deux escaliers séparés situés sous les portiques. La place de l'inscription à l'entrée est vide.

Aujourd'hui, 12 des 154 loges de travail, dont 20 sont privés, sont opérationnelles

COLONNE DE CONSTANTIN


Appelée aussi #Çemberlitaş sütünü, ou encore colonne brûlée, c'est un des monuments byzantins les plus étranges d'Istanbul et le plus chargé d'histoire. Construite par #Constantin vers 330, elle a été récemment restaurée.

La colonne est composée de "6 tambours ou spondyles de porphyre, surmontés d'un tambour maçonné de 10 assises de blocs de marbre et d'un bloc monolithe de même matière ; la base est constituée par une maçonnerie à gros blocs soigneusement liés entr'eux par des crampons et des tyrans de fer." Une tempête fit chuter les 3 tambours supérieurs en 1105.

Dans le piédestal, furent ensevelis des symboles païens et chrétiens : le Palladium de Troie, enlevé au temple de Vesta, la cognée de Noë, la pierre d'où Moïse fit jaillir de l'eau, les douze corbeilles et les sept pains dont le Christ nourrit la foule, le vase des saints parfums.

Grâce à des fouilles, on a retrouvé le dallage du forum à plus de 2 mètres de profondeur ainsi que des sarcophages et des tombeaux, ce qui prouve que la colonne avait été dressée dans un cimetière gréco-romain (d'après Mamboury, Istanbul touristique, 1951)

#ConstantinleGrand la fit amener ici du temple d'Apollon à Rome ; elle portait sa statue en bronze, sous la figure d'Apollon saluant l'astre du jour à son lever. Il avait pris à Héliopolis, en Phrygie, la statue du dieu dont il avait enlevé la tête pour y substituer la sienne, entourée d'un nimbe où les clous de la Passion remplaçaient les sept rayons du soleil, attribut d'Apollon. Étrange amalgame, bien digne d'une époque indécise, où le paganisme luttait encore contre le christianisme tout près de triompher !


Une vieille tradition raconte que le #Palladium, antique image de Pallas Athéné, protectrice de Troie, avait fini par être transporté à Rome où il était conservé dans le temple de Vesta comme un gage de la protection céleste. Constantin ordonna de le transférer dans sa #Byzance.

Le torse de la colonne, haut de 40 mètres à l'heure actuelle, perdit encore de sa beauté primitive, lorsqu'on le ceignit d'épais cercles de fer, destinés à maintenir ensemble les blocs simplement posés les uns sur les autres et qui se disjoignaient peu à peu. De là vient la dénomination turque : la Colonne aux Cercles ; le nom ordinaire est cependant : la Colonne Brûlée. Le pied du monument est fortement enfoncé dans la terre, le sol de la rue s'étant exhaussé à travers les siècles. En un mot, c'est une ruine aussi triste que la précédente, et qui, à chaque instant, menace de s'effondrer.

SINAN PASHA TURBESI & MEDERSA

C'est sur Divanyolu près de Çarşıkapı; le complexe se compose d'une madrasa, d'un tombeau et d'une fontaine publique.

Le #kulliye, dont le constructeur était le conquérant du Yémen, le grand vizir Koca Sinan Pacha, et dont l'architecte était Davud #Agha, a été achevé en 1002 (1594), selon l'inscription de la fontaine, dont on sait qu'elle a été achevée un an après les autres unités ;


C'est un exemple exceptionnel d'architecture d'époque classique. Les bâtiments, qui ont été construits avec un travail méticuleux, ont été enfermés dans un haut mur d'enceinte avec des fenêtres en fer forgé, et une fontaine a été placée à l'angle du mur, qui coïncide avec l'intersection des rues Divanyolu et Biliciler. On pénètre dans la cour par le portail à voûte basse qui s'ouvre sur la rue principale.


La madrasa (II, 21), appelée darülhadis en Hadîkatü'l-cevâmi, entoure une cour intérieure rectangulaire selon quatre directions et se compose d'une salle de classe et de seize cellules disposées de manière asymétrique dans celle-ci. La salle de classe, qui présente un petit surplomb sur sa façade nord, est de plan carré. Son dôme octogonal à tambour et trompe est porté par des arcs soutenus par un piédestal et deux colonnes; Le portique de la façade sud est couvert d'un dôme de chaque côté et d'une voûte au milieu. Les cellules des mollahs sont bombées et ont trois fenêtres, une donnant sur la cour et deux plus grandes fenêtres en haut et en bas. Devant les cellules, il y a un portique couvert de dix-huit petits dômes soutenus par quatorze colonnes à chapiteaux à carreaux, et une fontaine à huit colonnes au milieu de la cour.

Ne manquez pas de visiter la salle de calligraphie, où vous apprendrez que la langue arabe peût être transcrite de différentes manières.




La tombe, qui constitue l'unité la plus spectaculaire du complexe, est une structure hexagonale avec un dôme bas et un porche devant la porte. Le porche est porté par des arcs reposant sur cinq élégantes colonnades. Les façades à l'extérieur de la façade d'entrée sont animées par des doubles rangées de fenêtres, les inférieures avec des arcs rectangulaires et en ogive, et les supérieures avec des arcs en plein cintre construits avec une alternance de pierres rouges et blanches. Sur la jupe de l'étroit dôme à avant-toit, il y a une ceinture de stalactites entourant le bâtiment et une frise avec des palmettes dessus. L'intérieur de la tombe avec deux sarcophages en marbre et trois sarcophages en bois est très simple. Le jardin autour du tombeau et entre la médersa et le mur d'enceinte XVIII. siècle, il a été transformé en cimetière.




La fontaine publique octogonale s'élève sur un socle en marbre et les colonnes en retrait avec des têtes de muqarnas portent des arcs en ogive. Les cinq ouvertures de trempe tournées vers la rue sont constituées de réseaux alvéolaires en fonte et leurs frontons de marbre sont ajourés. Il y a une inscription en vers de seize lignes écrites en calligraphie thuluth sur les panneaux placés entre les chapiteaux des colonnes. Les larges avant-toits, le toit bas de la fontaine et tous les dômes du kulliye sont recouverts de plomb.

Le complexe, qui a été endommagé lors de l'incendie de Hocapaşa en 1865, a été réparé à cette époque et a été systématiquement restauré en 1973-1974. La madrasa est toujours utilisée par l'Association de solidarité et de culture des Turcs des Balkans et l'Association professionnelle des propriétaires de sciences et de littérature.


Un guide en français est disponible sur place et ne tarira pas de vous expliquer en détail l'histoire du coran et des religions en général. Il vous explicitera en détail l'arbre généalogique qui met en évidence que toutes les réligions ont la même origine. Un syrien passionnant et passionné, qui nous a offert le Coran en français, ainsi que quelques documents permettant de mieux en comprendre quelques versets

MOSQUEE NURUOSMANIYE


La Mosquée #Nuruosmaniye, Nuruosmaniye Camii en turc, est située dans le quartier de Beyazit (Istanbul) à proximité du Grand Bazar d’Istanbul. La Mosquée Nuruosmaniye a été construite en 1755 par l’architecte Simeon Kalfa sous le règne du sultan Osman III. La Mosquée Nuruosmaniye porte donc le nom d’Osman auquel a été ajouté le préfixe « Nuru » signifiant « lunière sacrée ».


La Mosquée Nuruosmaniye fut la première Mosquée d’Istanbul de style baroque à être édifiée.

La Mosquée Nuruosmaniye fait partie d’un complexe comprenant un jardin, des mausolées, des écoles et quatre ruelles de boutiques l’entourant. L’imposante taille de la Mosquée Nuruosmaniye a été voulue à l’époque de sa construction afin dominer les petites boutiques d’un bazar se trouvant à côté.

La Mosquée Nuruosmaniye comporte une cour de taille équivalente et deux minarets. L’unique coupole de la Mosquée Nuruosmaniye s’élève à plus de 40 mètres au-dessus du sol avec un diamètre de 25 mètres.

La Mosquée Nuruosmaniye est ouverte tous les jours en dehors des horaires de prières. Pour accéder à la Mosquée Nuruosmaniye, vous pouvez prendre le tramway et descendre à l’arrêt Cemberlitas. De cet arrêt, vous devrez alors prendre une rue perpendiculaire vers le Nord intitulée Verzirhan Caddesi pendant 200 mètres. La Mosquée Nuruosmaniye se trouvera à votre gauche.

AVENUE NURUOSMANIYE (NURUOSMANIYE CADDESI)


Cette rue piétonne, parallèle à la Divan Yolu, est une alternative pour rejoindre le Grand Bazar depuis Sultanahmet sans passer par la place Beyazıt. Les magasins, pour la plupart de tapis, cuir et bijoux, impressionnent par leur exubérance. Certains ressemblent à de véritables palais accueillant les groupes de touristes successifs. Ne pensez pas y trouver plus de calme qu'au Grand Bazar ou des produits différents. Le système a l'air bien rodé. On vous sollicite instamment, de tous les côtés et ce jusqu'à la mosquée de Nuruosmaniye.

LE GRAND BAZAR



Le Grand Bazar, Kapali Carsi (“le marché couvert“) en turc, se trouve dans le quartier de Beyazit (Istanbul). Avec 60 allées et plus de 4000 boutiques étendues sur 30 hectares, il constitue de nos jours l’un des plus grands bazars au monde.

Sa fondation remonte à 1461, sous le règne du sultan Mehmet II. Le Grand Bazar d’Istanbul est alors initialement un marché couvert en bois. Il connaîtra toutefois, au 15ème siècle, un terrible incendie qui le détruisit alors en grande partie. Le sultan Soliman le Magnifique décida dans ce contexte de l’agrandir au 16ème siècle. Malheureusement, en 1894, un tremblement de terre majeur démoli à nouveau une immense partie du Grand Bazar. C’est ainsi que le bazar fut à nouveau rénové en 1956, rénovation qui fit perdre un peu son côté traditionnel des débuts.


Il est possible d’entrer au Grand Bazar par 18 portes différentes réparties sur tous les côtés du bâtiment (l'une des plus grandes étant située dans la cour de la mosquée Nuruosmaniye - photo ci dessus : La devise " Dieu aime celui qui se livre au commerce " est inscrite au fronton de cette porte, dans un cartouche orné d'armoiries ottomanes. ).

A travers les nombreuses ruelles le composant, le bazar est divisé en quartiers regroupant chacun une sort de produits. Il existe cinq quartiers majeurs dans le Grand Bazar: Le quartier du cuir, du textile, des souvenirs, des bijoutiers et des joailliers, des antiquités et des tapis


Le Grand Bazar d’Istanbul est ouvert du lundi au samedi de 9h à 19h. Il est accessible en tramway en descendant à l’arrêt Beyazit-Kapali Carsi ou après 10 minutes de marche depuis le quartier de Sultanahmet.

Le Grand Bazar est un endroit à ne pas rater à Istanbul. D’abord pour la taille du bâtiment et son passé. Certes vous y trouverez beaucoup de souvenirs pas forcément artisanaux mais c’est également un endroit où vous pourrez acquérir bijoux et tapis de qualité.

Si vous souhaitez effectuer des achats au Grand Bazar d’Istanbul, n’oubliez surtout pas de marchander.

On dit souvent qu'Istanbul a été créé pour s'y perdre. C'est spécialement vrai dans le Grand Bazar. Deux petites astuces pour s'y retrouver. D'abord, connaître la plus grande artère : elle se nomme le Kalpakçılar Caddesi. Rectiligne, elle relie deux importantes portes, le Nuruosmaniye (mosquée) et le Beyazıt (axe est-ouest). Ensuite la pente : si on descend, on s'oriente vers les ruelles qui mènent vers la Corne d'Or. Dans le cas contraire, on se dirige vers Beyazıt et son avenue traversée par les rails du tramway. Une autre artère à connaître est le Yağlıkçılar Caddesi : elle se situe entre les portes Çarşıkapı (appelé Sipahi, puis Feraceciler Sokak au début) et Örücüler (axe nord-sud) qui héberge une banque, un bureau de la police municipale, une poste (un peu en retrait), la mosquée ÇakırAğa et des W.-C.

BÜYÜK YENI HAN


Il est situé sur le côté droit de Çakmakçılar Yokuşu, descendant de Beyazıt à Sultanhamam dans une pente raide. Il se trouve en face du coin inférieur du #BüyükValideHan, qui a été construit au 19ème siècle. Il a été construit sur une zone entourée par les rues de Sandalyeciler en haut, Çarkçılar en bas et les rues Tarakçılar derrière. Le Küçük Yeni Han, adjacent à la mosquée à dôme unique Sultan Mustafa en haut de la rue Sandalyeciler, a été construit en même temps que son voisin #BüyükYeniHan.