Rechercher

MOSTAR au coeur des balkans

Dernière mise à jour : 14 août

https://goo.gl/maps/54woXYW31suy6tUe9

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS DE MOSTAR EN CLIQUANT SUR LA PHOTO CI DESSOUS



Logée au cœur des #Balkans, #Mostar (Мостар), 113 000 habitants, est le chef-lieu du canton d'Herzégovine-Neretva (225 000 hab.). Les deux principales communautés sont les #BosnoCroates (51 %) et les #Bosniaques (46 %). La ville est située 129 km au sud-ouest de Sarajevo (via Jablanica), 139 km au nord-ouest de Dubrovnik (Croatie) et 167 km à l'est de Split (Croatie).

Entourée de paysages montagneux, Mostar est l'une des villes européennes les plus accueillantes et les plus insolites. De belles mosquées, des marchés colorés et des domaines historiques coexistent avec des bâtiments abandonnés (la ville n'a pas encore survécu à la guerre de Bosnie, qui s'est déroulée ici il y a près de 25 ans), et le célèbre vieux pont qui règne sur tout. La forêt qui recouvre une bonne partie de territoire abrite des animaux tels que l’ours ou le loup.

La population, traditionnellement paysanne et montagnarde vit proche de la nature, de manière authentique. On y trouve les mêmes espèces animales communes qu’en France, plus des espèces continentales, mais aussi quantité d’autres en voie de disparition en Europe de l’Est.

VISITE DE MOSTAR

https://www.bing.com/maps?osid=87485446-7ae2-47eb-af8d-23f9f569601e&cp=43.340185~17.806911&lvl=16&v=2&sV=2&form=S00027



Mostar est la perle du tourisme en Bosnie-Herzégovine: mélange d’histoire, de religions, et de nature. Elle l'était déjà avant la guerre. Les images de la destruction de son Vieux Pont (Stari most) en 1993 ont ému l'opinion internationale. Depuis la reconstruction de l'édifice en 2004 et son classement au patrimoine de l'#Unesco en 2005, les touristes affluent de nouveau, plus nombreux encore : 500 000 par an, en hausse de 15 % chaque année.

Tous les sites sont concentrés dans la vieille ville, autour du pont au XVe siècle : ce quartier (#StariGrad) a été magnifiquement reconstruit. Ses mosquées, ses vieilles maisons ottomanes, ses ruelles escarpées, et son ambiance particulière permettent de découvrir une autre facette de ce pays, à forte influence ottomane, fait de montagnes, de rivières et de lacs.



La ville surplombe la Neretva, d'une magnifique couleur vert émeraude, dans un petit canyon rocheux, à une vingtaine de mètres en contrebas.

La ville s'est au fil des siècles étendue à l'ouest pour devenir une ville moderne tandis que l'est, barré par les contreforts abrupts du massif de #Velež, tout de roche dénudée, reste préservé.

VIEUX PONT (STARI MOST)


Toutes les visites commencent depuis le vieux pont - une sorte de symbole de la ville, qui s'étend sur la rivière Neretva, poiint de repère obligé pour tous les visiteurs. Le pont est unique aussi parce qu'il relie deux parties différentes de la ville, à l'est c'est la partie musulmane avec les mosquées, à l'ouest - la partie chrétienne avec les églises.

Le pont a été construit à la fin du XVIe siècle et a été pratiquement détruit pendant le conflit croato-bosniaqueen 1993. Le pont n'a été restauré qu'en 2004, pour cela les habitants de la ville ont soulevé les restes de l'ancien pont du fond de la rivière. À propos, ce pont est associé à l'une des plus anciennes traditions de la ville, apparue au XVIIe siècle. La tradition est de sauter du pont à Neretva

(hauteur environ 20-30 mètres, selon le niveau de la rivière). C'est ainsi que les habitants gagnent leur vie en attendant que certains touristes leur demandent de sauter. Une fois par an, des compétitions ont également lieu ici, où viennent des sauteurs de différents pays.

Aujourd'hui le saut est interdit et un plongeoir a été oinstallé à quelques centaines en contrebas


Après le vieux pont, vous pouvez visiter le pont tordu. Selon les historiens, c'est sur elle que l'architecte Khairuddin s'est formé avant de construire son chef-d'œuvre. Le pont a été détruit après les inondations de 1999, mais trois ans plus tard, il a été restauré avec le soutien de l'UNESCO.

VIEILLE VILLE


Quel sublime décor d’échoppes pittoresques, proposant ici des glaces, là des loukoums ou des baklavas ! Aller à Mostar, c’est se laisser envelopper par ses bruits, ses odeurs et ses couleurs. On y trouve de tout, cuirs, tissus, chaussures, cuivres ciselés, faïences à bon prix.

MAISON TURQUE DE KAITAZ (GASE ILICA BB)

Ensuite, vous pouvez marcher jusqu'à la maison turque de #Kaitaz (Gaše Ilića bb) , qui a été construite au 15ème siècle. Ce bâtiment est une exposition qui vous racontera l'époque où Mostar était sous occupation turque.

La maison appartient à une famille depuis de nombreux siècles et les gens y vivent encore aujourd'hui. La maison est ouverte au public, moyennant 2 €, et a conservé des articles ménagers authentiques, des vêtements traditionnels, des livres en arabe, métier à tisse et bien plus encore.

MAISON BISHCHEVICH (BISCEVICA BB)

Après avoir commencé à explorer les domaines, il vaut la peine de visiter la maison #Bishchevich (Biščevića bb). Aujourd'hui, il abrite également un musée, où vous pouvez voir la vie de riches Mostariens à l'époque ottomane. La maison a été construite juste au-dessus de la #Neretva, donc un autre avantage est la vue magnifique sur la rivière. La famille continue également à vivre dans cette maison.

MAISON #MUSLBEGOVIC (OSMANA DZIKICA 41)

Un autre manoir que nous vous recommandons de visiter est la Maison Muslbegovic (Osmana Džikića 41) , qui a plus de 300 ans. Ce musée est situé à l'intérieur des murs de l'hôtel, donc si vous voulez un peu d'authenticité, vous pouvez vous arrêter ici. Dans le musée lui-même, vous pouvez trouver des objets ménagers de différentes époques, une immense bibliothèque, ainsi que des intérieurs typiques de la période ottomane.

MOSQUEE KARADZHOZBEGOVAYA (UL. BRACE FEJICA)

Ici où se trouve un patio très confortable.


La construction de la mosquée #Karadzhozbegovaya à Mostar a été achevée en 1557, et la même année a commencé la construction du célèbre pont sur la Neretva . Mehmed Karadjoz-Beg était lié aux deux structures. Il a construit la mosquée à ses frais, et pendant la construction du pont, il a été le principal organisateur des travaux, laissant la partie créative à l' architecte Khairuddin .

La mosquée Karadzhozbegov est l'une des trois mosquées en forme de dôme de Mostar, la plus grande. Son architecture n'est pas unique - il y a une douzaine de mosquées similaires en Bosnie-Herzégovine, mais les critiques d'art la considèrent comme l'exemple le plus stylistiquement pur des mosquées en forme de dôme construites au 16ème siècle.

Le dôme repose sur un tambour octogonal et recouvre une salle de prière spacieuse. La hauteur du dôme est de 16 mètres lorsqu'elle est mesurée à partir du sol. Devant l'entrée il y a une galerie avec trois petits dômes reposant sur des piliers en pierre, et une grande partie de la cour est couverte d'un auvent pour que les fidèles puissent se détendre à l'ombre et au frais. L'entrée est ornée d'un portail richement décoré.

Le minaret de la mosquée Karadzhoz Begovaya est le plus haut de Mostar, près de 35 mètres. La mosquée est ouverte aux touristes et, moyennant des frais supplémentaires, vous pouvez escalader le minaret , qui offre une vue imprenable sur la vieille ville et les environs.

INTERIEUR


Lors de la restauration de la mosquée à la fin du 20e siècle, ils ont découvert qu'il y en avait trois autres sous la couche de peintures. La mosquée a été peinte pour la dernière fois dans la première décennie du 20e siècle, et ces peintures étaient grossières et non professionnelles, faites avec de la peinture à l'huile. Sous eux se trouvaient de gracieuses arabesques, des compositions calligraphiques et des motifs végétaux réalisés selon la technique de la fresque. La mosquée était peinte tous les cent ans, recouvrant les vieilles peintures murales fanées d'une fine couche de plâtre. Lors de la restauration, les couches ont été nettoyées pour que des fragments des quatre variantes puissent être vus.

Le motif principal des peintures est les arbres du jardin d'Eden. De nombreuses plantes sont mentionnées dans le Coran, mais pour décorer la mosquée, les artistes n'ont choisi que ce qu'ils savaient, c'est-à-dire qu'il pousse en Herzégovine: prune, citron, orange, figuier, palmier, saule, etc.

À droite de l'entrée, il y a un balcon avec une clôture en pierre sculptée, sur laquelle les femmes prient. On y accède par un escalier en colimaçon dont le prolongement mène au balcon du minaret.

VALEURS

La mosquée contient un Coran manuscrit. Quand il a été écrit, on ne sait pas exactement - la couverture et les premières pages sur lesquelles cela pourrait être indiqué n'ont pas survécu, mais selon le style calligraphique - au plus tard au XVIe siècle. Ce Coran a été conservé dans la bibliothèque Karadzhozbegovy, fondée peu de temps après la construction de la mosquée et rassemblant les livres les plus précieux sur plusieurs siècles. Au début du 20e siècle, le dernier bibliothécaire est mort, la collection de livres est

restée sans propriétaire et de nombreux livres ont été perdus. Le Coran manuscrit a miraculeusement survécu.

COMPLEXE DE LA MOSQUEE KARADZHOZBEGOVAYA

À gauche de la mosquée se trouve un bâtiment bas en forme de lettre L. Il s'agit de la madrasa Karadzhozbegovo, l'une des rares survivantes en Bosnie-Herzégovine. Fait intéressant, la madrasah, fondée au XVIe siècle, est toujours en activité. Certes, pas dans ce bâtiment - il est trop petit. À la fin du XIXe siècle, la madrasah a déménagé dans un grand bâtiment à côté du vieux pont, mais au fil du temps, elle est également devenue rare et une nouvelle madrasah a été récemment construite dans la banlieue nord de Mostar.


Dans la cour de la madrasa, il y a un shadrvan, une fontaine dans laquelle les croyants effectuent des ablutions rituelles avant chaque prière. Un immense tilleul pousse à proximité. Elle n'est pas aussi vieille qu'une mosquée, mais elle a déjà compté deux cents ans. Et derrière la mosquée, il y a un cimetière musulman, disent-ils, le plus ancien de Mostar. Le fondateur de la mosquée, Mehmed Karadjoz-beg, y est également enterré.


MOSQUÉE KOSKI MEHMED PACHA (KOSKI MEHMED-PAŠINA DŽAMIJA)



Parmi les mosquées celle de #KoskiMeshmedPacha (Mala Tepa 16) est la plus intéressante. Tout visiteur ayant escaladé le vieux pont la voit ! Pierre blanche, élancée, avec un minaret allongé - elle ferme le panorama hétéroclite de la rue #Kuyundzhiluk et sert d'accent visuel sur la rive gauche de la Neretva. Vous pouvez monter sur la terrasse et de là vous aurez une vue imprenable sur le Vieux Pont. Ou vous pouvez monter tout en haut - jusqu'au minaret pour 7 € - sinon 4 € gratuit pour les enfants

La mosquée Koski Mehmed Pacha est la plus jeune des trois mosquées en forme de dôme de Mostar. Elle a été construite en 1619 aux frais de Koski Mehmed Pacha. Le fondateur de la mosquée, Mehmed, fils de Mustafa, est né à Mostar au milieu du XVIe siècle, puis est parti pour Istanbul. Là, il était chroniqueur pour le grand vizir Mehmed Pacha #Sokolovich, qui a construit le célèbre pont de Visegrad, et plus tard comme trésorier. Mahmud est enterré non loin de la mosquée, dans une tombe spéciale, et les fidèles Mostariens viennent encore lire une prière sur sa tombe.


Le complexe fut entièrement dévasté en 1993 durant le siège de la ville et reconstruit entre 1999 et 2001. La mosquée est désormais fermée au culte, mais ouverte aux visites. C'est d'ailleurs l'un des monuments les plus visités de la ville. A l'intérieur tenue correcte exigée, se déchausser, rester silencieux)


Complexe - On y accède par la rue Mala Tepa à travers un passage voûté avec un arc plein cintre. Cette porte est verrouillée la nuit. On entre alors dans une cour où, au centre, se dresse la fontaine prévue pour les ablutions rituelle des fidèles. Derrière celle-ci se trouvent les pierres tombales des anciens imams et des chefs religieux. En face de la mosquée se dresse l'ancienne madrassa, qui fut utilisé jusqu'en 1924 comme lieu de formation des étudiants soufis (khanqah). Au fond de la cour, en dessous du petit cimetière, le Koski Basta Caffe dispose d'une agréable terrasse surplombant la rivière avec une magnifique vue sur le Vieux Pont. Le reste de la cour est occupé par un centre culturel turc, un café turc avec vue sur le vieux pont, un belvédère avec une fontaine, une terrasse d’observation et un magasin de tapis et souvenirs (dans l'ancienne madrassa).

Extérieur - La mosquée se présente comme un cube de 12,60 m de côtés surmonté d'une coupole de 10 m de diamètre s'élevant à 15,25 m de haut. Devant l'entrée se trouve une galerie couverte sous trois petits dômes, et une partie de la cour est couverte d'un auvent reposant sur 14 piliers en bois.

C'est l'une des trois seules mosquées de Mostar dotée d'une coupole avec les mosquées Karaðoz Beg et Nesuh-Aga Vučjaković. Les murs sont constitués de blocs carrés de pierre d'ombre - une variété de calcaire léger qui brille au soleil, de 1,10 m de côtés de même type que ceux utilisés pour le Vieux pont (une roche calcaire appelée tenelija). Le minaret de pierre, non décoré, s'élève à 28 m de haut, surmonté d'un alem (symbole du croissant et de l'étoile) de 1,90 m. Si l'on est en forme, on peut monter les 89 marches en pierre raide pour accéder en haut du minaret (large de 1,30 m de diamètre à l'intérieur) et bénéficier ainsi d'une vue d'ensemble sur la ville avec le Vieux Pont au premier plan.


Intérieur - L'intérieur de la mosquée est peint: compositions calligraphiques, ornements et motifs floraux. Percés de 25 fenêtres, les murs sont décorés de la même manière que ceux de la mosquée Karaðoz Beg, avec des motifs végétaux. Un jardin entier est représenté ici: grenade, citron, olive, poire, palmier dattier, cerisier, vigne et orange, cornouiller, saule, et aussi des vases avec des roses et des œillets.

On peut voir aussi divers ornements sur le minbar (chaire réservée aux sermons),et le mirhab (" sanctuaire " indiquant la qibla, c'est-à-dire la direction de La Mecque) . Ils sont sculptés dans la pierre et richement décorés.

Dans le mahfil (galerie réservée aux femmes), de magnifiques panneaux calligraphiques en arabe reprenent certains versets du Coran et une rosace centrale sur le dôme.

Il y a un immense tapis dans la mosquée. Ce tapis a été présenté à la ville par l'empereur d'Autriche-Hongrie François-Joseph I à l'occasion de sa visite à Mostar en 1910.

Informations et horaires sur MOSQUÉE KOSKI MEHMED PACHA (KOSKI MEHMED-PAŠINA DŽAMIJA)

Tous les jours 8h30-21h - 8 KM (14 KM avec accès au minaret) - toilettes 1 KM.

MOSQUEE KHADZHI-KURTOV (UL. RADE BITANGE)

Construite au tournant des XVI-XVII siècles. Elle est construite en pierre, comme les autres, mais elle contient des éléments en bois, ce sont principalement des tanneurs qui ont prié ici, c'est pourquoi la mosquée peut être qualifiée de "guilde".

STATUE DE BRUCE LEE (SPOMENIK BRUCE LEEJU)


Le monument Bruce Lee dans le parc Zrenjevac à Mostar a été inauguré le 26 novembre 2005, un jour avant l'ouverture du monument à Hong Kong, programmé pour coïncider avec le 65e anniversaire de l'acteur. Ainsi, le monument de Mostar est devenu le premier au monde, et le monument de la ville où Bruce Lee est mort - seulement le second. L'auteur de la sculpture est Ivan Fiyolich de Zagreb. Il est coulé en bronze avec des additifs spéciaux, et brille donc plus que l'or, en particulier sous le soleil de Mostar.

On peut en rire, mais cette statue de Bruce Lee est le seul signe tangible d'un début de rapprochement entre les communautés de Mostar. Depuis la fin de la guerre, chaque partie de la ville ne cesse de rebaptiser les noms des rues en l'honneur de ses héros, d'ériger des monuments qui offensent les adversaires d'hier. Aussi, en 2004, l'association locale Urban Movement lance l'idée de créer une statue qui puisse plaire à l'ensemble de la jeunesse de la ville. Avec le soutien d'une ONG allemande, un vote est organisé auprès d'un panel de jeunes bosno-serbes, bosno-croates et bosniaques. On leur soumet plusieurs noms. Tito ou Gandhi ? Ni l'un ni l'autre. Le Pape ? Non plus. Ce sera finalement le roi du kung-fu sino-américain qui sortira du chapeau. En novembre 2005, le sculpteur croate Ivan Fijolić dévoile la statue dans le parc Zrinjevac, en plein quartier bosno-croate : un Bruce Lee étincelant de bronze, presque grandeur nature (1,68 m alors que l'acteur en faisait 1,72), paré au combat, il tient son nunchaku sous le bras droit, la main gauche déployée. Avec comme seule inscription adressée à la jeunesse " Bruce Lee, votre Mostar ", c'est le symbole d'une réconciliation possible. Une lueur d'espoir si rare dans ce pays, que plusieurs diplomates étrangers et un ministre allemand font même le déplacement pour l'inauguration. L'ambassadeur de Chine est là, lui aussi. Enthousiaste, il lance : " J'espère que cette statue vous apportera bonheur et prospérité. " La jeunesse de Mostar adore. Les nationalistes nettement moins. Ils commencent à craindre que ce héros étranger mi-comédien mi-philosophe détourne la jeune génération des valeurs pour lesquelles ils ont combattu. Et puis la question se pose, très sérieusement : vers quel quartier le petit dragon oriente-il la frappe de sa paume : du côté des mosquées ou dans la direction de la cathédrale catholique ? De part et d'autre, on se sent offensé. Ils ont finalement trouvé un compromis : tourné vers le nord - le héros chinois semble ainsi défendre la Bosnie-Herzégovine de l'Union européenne.

Peu de temps après, la sculpture est vandalisée. Retirée pour réparation, elle revient. Puis repart. On la croit kidnappée. L'histoire émeut et passionne. L'écrivain français Camille de Toledo en fait même un roman (Oublier, trahir, puis disparaître, éd. Seuil, 2013). Mais non, le bronze de Bruce Lee n'est pas mort. Le sculpteur Ivan Fijolić l'avait juste emprunté le temps d'un petit tour