Rechercher

SARAGOSSE

Dernière mise à jour : 19 nov.

Saragosse avec plus de 661 000 habitants est l’une des grandes villes d’Espagne. Elle se distingue entre autres par son imposante basilique du Pilar et la fête du #Pilar qui se déroule en octobre.

POUR RETROUVER TOUTES LES PHOTOS DE CETTE ZONE CLICQUEZ SUR LA PHOTO CI DESSOUS


La vaste région de l'#Aragon est coupée en deux zones bien différentes par l'Ebre : les Pyrénées accidentées d’un côté et les grandes étendues désertiques de sierras de l’autre. Une partie de ses berges est accessible à vélo entre – quasi – le centre historique et le Parc métropolitain de l’eau Luis #Buñuel. Ce trajet permet de découvrir les différents ponts qui enjambent le fleuve : de l’historique pont de Piedra au moderne #Pabellón Puente, construit à l’occasion de l’Exposition internationale de 2008. Dans le parc, vous pourrez visiter l’un des plus grands aquariums d'eau douce d’Europe.

Successivement occupée par les Ibères, les Romains, les musulmans et les chrétiens, la ville mérite bien son titre de " ville des quatre cultures ".


Ville romaine sous le nom de Caesar Augusta en 25 av. J.-C., la Vierge y apparaît à saint Jacques une soixantaine d'années plus tard, laissant comme trace un simple pilier. C'est autour de ce gage de spiritualité et de foi (le pilar), que sera érigée bien plus tard la fameuse basilique du même nom, symbole de la ville. La basilique Nuestra Señora del Pilar est le grand monument de Saragosse. C’est l’un des symboles de la ville et l’une de ses deux cathédrales (la cathédrale Seo en est toute proche). La visite de ces deux cathédrales et la vue sur la ville depuis le sommet de la basilique méritent le détour. La Seo et l’église San Pablo appartiennent à l’art mudéjar d’Aragon, classé au patrimoine mondial. Elle respire plusieurs styles, mais celui qui domine le plus est le style rococo.

Construit au 11e siècle à l’époque d’Al-Muqtadir, L'Aljaferia est l'autre monument de la ville, souvenir de l'occupation médiévale des musulmans, alors que la ville s'appelait Sarakusta. Malgré son allure de forteresse militaire, mais d’une finesse remarquable, apparemment éloignée du style arabe, il abrite une mosquée, un patio bordé d’orangers et de nombreux éléments évoquant l’art mudéjar. Encore appelé « le palais du bonheur », il servait de résidence aux anciens rois de la ville. Elle fait partie des plus importantes forteresses non seulement de la ville, mais également de l’Espagne. Son intérieur est royalement décoré et peint des plus riches tapis du monde. Vous y admirerez une mosquée privée des émirs d’une grande valeur religieuse. Vous profiterez du féérique parc qui l’entoure pour respirer l’air pur et vous évader.

Plus près de nous, les guerres napoléoniennes et, précisément en 1808 la guerre d'indépendance contre les Français, qui saccagèrent une bonne partie de la ville et massacrèrent un grand nombre d'habitants.


Après avoir découvert des lieux uniques comme un palais arabe, un forum romain, des ponts avant-gardistes ou le musée consacré au peintre espagnol Francisco de Goya, les visiteurs feront la tournée des tapas dans le quartier appelé Barrio del Tubo à seulement 15 min de la place du Pilar autour de laquelle s’articule la ville et où se célèbrent les principales manifestations.

De grandes places, de nombreuses zones piétonnes très commerçantes en centre-ville (Alfonso I et Don Jaime, l’avenue del Coso), un quartier réputé pour ses bars, un immense parc urbain, des kilomètres de pistes cyclables, etc. Saragosse est l’une de ces villes où l’on se sent bien.

Saragosse propose deux itinéraires culturels très intéressants. Le premier suit les pas du peintre Francisco de Goya à travers la ville. Le deuxième permet de découvrir le passé romain de Saragosse grâce, entre autres, au musée du forum et au musée du théâtre Caesaraugusta.

VISITES DU PREMIER JOUR



SAINT MIGUEL

L’église de #SanMiguel est documentée depuis 1260, ce qui laisse supposer l'existence d'une construction romane, qui a dû être agrandie en raison de la croissance démographique, comme le reste des églises romanes de la ville.

Son remarquable décor extérieur #mudéjar, exécuté en brique mise en valeur, on le retrouve concentré en deux endroits précis :

ABSIDE PAROISSIALE

De forme polygonale à cinq côtés, dans laquelle se détachent les grandes croix carrées en forme de fleur, sur lesquelles une frise de croix est affichée formant des losanges.




CLOCHER

Construit au 14ème siècle, il a un plan carré et se compose de trois sections: la partie inférieure manque de décoration; le corps central est décoré de tissus d'arcs et de diamants entrelacés. Et le corps de cloches, qui se compose de deux étages, celui du bas avec deux ouvertures annulaires et celui du haut a une frise d'arcs lobés et l'autre de losanges. À la fin du XIXe siècle, il était couronné d'une flèche en fer forgé.

INTERIEUR

À l'intérieur, nous devons mettre en évidence le retable principal. Il est situé à la tête de la nef centrale et est l'une des œuvres les plus importantes du sculpteur Damián #Forment, qui était également l'auteur du retable de la basilique du Pilar et de celui de l' église de San Pablo .

Fabriqué en bois de pin doré et polychrome, c'est un retable Renaissance avec quelques réminiscences gothiques. Et parmi les sculptures qui la composent, celle de San Miguel, représentée dans la lutte contre le diable, se distingue par sa taille et sa qualité.



SANTA Mª MAGDALENA

L’église de La #Magdalena , située dans le quartier de La Magdalena, est l'une des plus anciennes églises de #Saragosse déjà mentionnée en 1126, construite après la reconquête chrétienne de Saragosse en 1118.


Le bâtiment actuel peut être daté de la première moitié du 14ème siècle et a subi une réforme baroque, peut-être l'une des plus respectueuses de l'original mudéjar. Sa typologie suit les modèles mudéjars d'Aragon, avec une seule nef, couverte d'une voûte nervurée, des chapelles latérales entre les contreforts et un chevet polygonal.

Construit au milieu du XIVe siècle, sur un temple roman, c'est l'un des édifices mudéjars les plus représentatifs de Saragosse, où son abside et sa tour mudéjar avec une structure de minaret almohade attirent l'attention.

Sa magnifique tour mudéjar se distingue, avec un plan carré, qui suit le modèle des tours Teruel de San Martín et d'El Salvador. Sa structure répond également au modèle de minaret almohade, comme dans l'église de San Pablo. Les motifs ornementaux sont ceux traditionnels de l'architecture mudéjar, présentant des arcs multilinéaires, des fenêtres évasées en arc de cercle et un tissu de croix formant des diamants, le tout enrichi de pièces de céramique émaillée, très caractéristiques de l'art mudéjar aragonais.

Après 17 ans de fermeture pour travaux de restauration, depuis 2019, il montre sa beauté intérieure et extérieure.


À l'intérieur, se détachent le retable principal et les images situées dans la nef, œuvre de José Ramírez de #Arellano. Il avait un retable de Damián #Forment qui est aujourd'hui conservé divisé en deux chapelles du temple.


ARCO DEL DEAN

L'#arche du doyen est situé juste derrière la cathédrale de la Séo, au coeur du quartier médiéval de Saragosse. il s'agit d'ailleurs de la seule habitation médiévale du XIIIe siècle, non somptueuse qui a survécu et aussi la seule arche conservée

La façade de la maison est de style gothique mais ce que l'on observe surtout c'est l'arc et la galerie dans laquelle se trouve un belvédère avec des fenêtres à arc à meneaux d'entrelacs plateresque-mudéjar


CATEDRAL DEL SALVADOR (LA SEO) ET MUSÉE DES TAPISSERIES

C’est l’une des deux cathédrales de

Saragosse avec la #BasiliqueduPilar. Edifiée entre le XIIe et le XVIIe siècle, la cathédrale est composée d'éléments de diverses époques et différents styles qui reflètent les diverses transformations du bâtiment : abside romane, tour baroque, coupole et mur mudéjar de la Parroquieta, retable gothique et façade néoclassique. Au Ier siècle av. J.-C., un temple se dressait déjà au même emplacement, appelé San #Vicente à l’époque #wisigothique. La grande mosquée de Saraqusta dont le minaret reste encore partiellement dans la tour actuelle, prit ensuite sa place. Mais c’est au XIIe siècle que le premier temple chrétien a été édifié sur les vestiges des constructions précédentes. Elle a fait l »objet de réformes et d’agrandissements jusqu’en 1704, année de la mise en place de la flèche baroque qui couronne la tour, les sculptures représentant les vertus cardinales.



La #Séo se compose de 5 nefs et de 6 sections couvertes de voûtes nervurées, lui donnant un aspect quadrangulaire. Sur les 5 originaux deux absides sont conservées en tête.

La porte principale par exemple, datée du XVIIIe siècle, répond au style baroque. À l’intérieur, le trésor de la cathédrale, avec ses célèbres tapisseries, peut être visité.

On remarquera son orientation nord, et non est comme le voulait la tradition de l’époque, pour éviter de coïncider avec la direction des prières musulmanes vers La Mecque. Au sein du musée des Tapisseries, on remarquera notamment une très belle collection de tapisseries venues des Flandres dont l'une d'elles présente les sept pêchés capitaux.


La combinaison du marbre, du bronze, du bois polychrome et doré et du plâtre, combinés aux éléments gothiques, renaissance et baroques confèrent à l’intérieur une lumière unique.



Le chœur communique avec le maitre-autel par la Via Sacra. Il met en valeur ses imposantes stalles gothiques de 117 places réparties sur deux étages sculptés dans le chêne. Une décoration sobre, basée sur des motifs végétaux et héraldiques alterne avec une décoration frappante dans les chaises présidentielles et ornées de reliefs héraldiques et de représentations de Saint Pierre et Saint Paul.

L’ensemble est fermé par une belle calandre en bronze doré.


LEMUSEE DE LA TAPISSERIE

Il est installé dans les anciennes salles capitulaires du Séo et possède une riche collection de 65 tapisseries dont seulement 23 sont visibles.

La plupart d'entre-elles ont été tissés à Arras, ou à Bruxelles en Belgique

Elles remontent au XVème siècle lorsque les archevêques, imitant la noblesse, ont commencé à décorer leurs maisons et leurs chapelles avec cet élément décoratif.



MONUMENT FRANCISCO GOYA


Le peintre Francisco de #Goya y Lucientes est né à Fuendetodos en 1746 et mort à Bordeaux en 1828. Après une formation dans l'atelier de José Luzán, il voyage à travers l'Italie, s'installant à Madrid en 1775 où il devient peintre de la cour du roi Carlos IV. Parmi ses œuvres les plus pertinentes figurent l'élaboration de cartons pour les tapisseries royales, sa série de portraits de divers monarques ou, avec une facture beaucoup plus moderne, ses gravures et les « peintures noires » réalisées vers la fin de sa vie dans la so- appelée Quinta del Deaf.

La figure de Goya est la partie la plus remarquable du groupe sculptural. Toutes les lignes de composition de l'ensemble convergent vers lui, tandis que le matériau utilisé, le bronze, se détache du mur-piédestal qui lui sert de fond. Aux pieds de ce personnage principal, se trouvent deux paires de majos et de majas inspirés de certaines de ses tapisseries et peintures dédiées aux pique-niques.

Le peintre apparaît dans une position détendue, les pieds croisés et légèrement appuyé au mur qui lui sert de dos. Élégamment vêtu, en redingote, foulard et bottes, il prend son pinceau de la main droite, tenant une toile de l'autre tandis qu'il contemple les personnages qui l'accompagnent. Au dos du piédestal se détache, à côté de l'inscription avec la dédicace, un relief classique, en pierre, qui représente une jeune fille assise, portant de larges voiles. #Marés en avait déjà présenté une semblable pour la plaque commémorative qu'il avait faite en 1935 en l'honneur du poète et caricaturiste Apel.les Mestres (1864 - 1936). Compte tenu des dimensions énormes de la place, le sculpteur a pensé à concevoir un espace autonome qui servirait de cadre environnemental au monument.


Pour cela, Il a décidé de délimiter une zone d'herbe "rappelant peut-être la prairie de #SanIsidro", où se trouvaient les figures des majos posant pour Goya, qui s'occupait de les peindre d'en haut. L'ensemble du complexe était isolé du reste de la place par des buissons, qui isolaient le visiteur de l'agitation des environs, obtenant, en quelque sorte, que le monument soit indépendant de la Plaza del Pilar, mais sans rompre son unité. A l'intérieur, le placement de bancs en pierre a été envisagé. Pour isoler le monument de la rue Don Jaime, la plantation de quelques arbres typiques de la flore aragonaise a été proposée. Rien de tout cela n'apparaît aujourd'hui, car il a été remplacé par des nappes d'eau et des pompes après la réforme de 1990, selon un projet de l'architecte Ricardo Usón,

LE LONJA

La #Lonja fut le premier bâtiment entièrement #Renaissance de la ville et la construction civile la plus importante du XVIe siècle en Aragon. Ses façades inspirées des palais italiens et les voûtes étoilées à l'intérieur vous captiveront.



En 1541, la ville de Saragosse décida d'entreprendre la construction d'un bâtiment civil pour les échanges commerciaux, qui jusque-là avait lieu à La Seo et dans d'autres églises, à la demande des marchands de la ville et de l'archevêque Hernando de #Aragón.

Pour sa construction en brique, commune dans la construction aragonaise, les techniques mudéjars qui avaient été développées dans la ville ont été utilisées.

Une fois que vous aurez franchi ses portes, son intérieur vous captivera, une grande salle aux nefs séparées par des colonnes annelées et couvertes de voûtes étoilées qui ne laisse indifférent personne qui la visite.

Aujourd'hui, il accueille d'importantes expositions de photographie, peinture, sculpture, ... De plus, l'accès est gratuit.

Par curiosité, nous vous dirons que sur sa façade la plus proche de la rivière, vous trouverez le #Caballito de la Lonja, cette sculpture rend hommage au petit photographe Ángel Cordero #Gracia, qui pendant plus de 50 ans a photographié des enfants sur son cheval en carton comme un souvenir de sa visite à Saragosse.


BASILIQUE DU PILAR

C'est un joyau de l'art baroque construit entre le XVIIe et le XVIIIe siècle : gigantesque et extraordinaire.

La basilique est classé Monument National.

Avec la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, la basilique du Pilar est l'une des destinations spirituelles les plus importantes d'Espagne

En la visitant, vous constaterez aussi que les mères viennent lui faire bénir leurs enfants. Elle reste un lieu de pèlerinage important pour la chrétienté.