Rechercher

THESSALONIQUE

Dernière mise à jour : 19 sept.

Thessalonique, 1 million d'habitants, seconde ville de Grèce, elle n'a rien à envier à Athènes sauf certainement sa notoriété.

Avec ses nombreux atouts touristiques pleins de charme, sa merveilleuse #TourBlanche et son front de mer, elle est une destination appréciée

Mais les amateurs de sites archéologiques ne seront pas déçus. En plein cœur de la cité vous découvrirez l’#Agora, une place publique de la période hellénistique et romaine qui date du 3e siècle av J-C., puis ensuite l'arc de #Galère, un monument romain du 4e siècle ou encore la rotonde qui porte le nom de cet empereur et qui pendant longtemps servit d’église puis de mosquée.

Enfin, vous visiterez également de nombreuses églsies #byzantines, comme l’impressionnante église #SainteSophie, la plus ancienne de toutes ou encore l’église de la Panagia #Chalkeon classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1988. Ne manquez pas également les cathédrales Agios #Pavlos et Agios #Dimitrios

VISITE DE LA VIEILLE VILLE

Nous débuterons la visite par la vieille ville en démarrant par le quartier autour du complexe de Galère. Un choix par rapport à notre logement avec la volonté de garder un peu de temps pour les devoirs du CNED. Avec un peu de chance, car le quartier est "galère" (évidemment sans jeu de mot) pour se garer, nous trouvons un eplace pas trop loin

RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS SUR LA VIEILLE VILLE DE THESSALONIQUE EN CLIQUANT SUR LA PHOTO CI DESSOUS


https://www.bing.com/maps?osid=5306bca0-9f80-453b-8c4a-bfc9b24148ab&cp=40.636947~22.944561&lvl=15.65444&pi=0&v=2&sV=2&form=S00027


COMPLEXE DU PALAIS DE GALÈRE


Outre la #rotonde à côté de laquelle nous nous sommes garés, le complexe comprend également le palais ( que nous visiterons demain), l'arc de Galère, l'octogone et l'hippodrome. Tous ces édifices ont été construits en un laps de temps très court sur les ordres de l'empereur Galère.

LA ROTONDE SAINT GEORGES




Elle était reliée à l'arc de Galère lui-même au palais par des portiques gigantesques. A l'origine la rotonde était probablement un temple dédié à Jupiter, à moins que Galère n'ait voulu faire un mausolée colossal

Les murs intérieurs de sa partie basse étaient recouverts de marbre tandis que la partie haute est ornée de splendides mosaïques.

Convertie en église chrétienne vers 400 elle subit quelques modifications architecturales avant d'être transformée en mosquée. sous la domination turque Le plus impressionnant reste cependant son décor de mosaïques qui datent de l'époque chrétienne.

La partie basse est divisée en huit parties correspondant aux huit niches disposées de façon régulière le long de la circonférence.

Mais les vestiges les plus brillants de la phase paléochrétienne du monument sont les mosaïques d'excellente qualité. Les lucarnes et les renfoncements des arcs à la base du dôme sont décorés de mosaïques, dont la richesse des thèmes aux motifs floraux et géométriques et l'éclat des couleurs impressionnent.

Dans le dôme, les grandes compositions se sont développées en trois zones superposées. La plus basse, également connue dans la littérature sous le nom de zone des #martyrs, est divisée en huit sections, dans lesquelles les martyrs sont représentés ligotés devant des architectures monumentales. Dans le bas-côté est qui a été détruit lors de l'effondrement de cette partie du dôme, les parties endommagées de la mosaïque ont été complétées par une fresque du peintre italien S. #Rossi en 1889. La zone médiane des mosaïques du dôme est presque détruite. Seule la partie inférieure est conservée, où les

pieds de personnages masculins en mouvement vigoureux, probablement des anges, peuvent être vus sur le sol. La représentation en mosaïque de la troisième zone conserve les têtes de trois des quatre anges tenant une triple "gloire" de couronnes variées avec des étoiles à plusieurs rayons, un panache avec des fruits et des branches et un iris coloré. Parmi les anges est représenté le mythique #oiseauphénix se projetant sur un disque rayonnant rouge. Au centre de la "gloire" de la représentation du Christ dans un geste de triomphe, on distingue l'ébauche au fusain sur les plinthes du dôme. de couronnes panachées d'étoiles multirayonnées, panache de fruits et branchages et iris colorés.



L'ARC DE GALERE


Situé entre le palais et la rotonde, l'Arc de Galère, surnommé Kamara, a été construit en commémoration de la victoire de Galère contre les #Perses, et marquait le croisement entre deux rues perpendiculaireschacune bordée de portiques flamboyants.

Initialement, #Kamara était une construction couverte, rectangulaire, avec deux murs parallèles (37 mètres de longueur et 3,80 mètres d’épaisseur) distants l’un de l’autre de 9 mètres. Chaque mur avait trois ouvertures en forme d’arc : un grand arc au milieu (9,7 mètres de largeur et 12,5 mètres de hauteur) et deux arcs plus petits sur les côtés (4,85 mètres de largeur et 6,5 mètres de hauteur) formant ainsi quatre piliers dans chaque mur.

Les principaux piliers étaient ceux du milieu tandis que les autres étaient secondaires. Pendant l’antiquité, Kamara n’était pas un bâtiment isolé, mais un édifice intégré dans l’immense complexe royal de Galère, qui occupait la partie sud-est de la ville romaine.

Les reliefs sculptés montrent l'empereur dans toute sa majesté combattant l'ennemi soumis et agenouillé à ses pieds.

Il est important de noter que les reliefs n'ont pas la beauté des oeuvres de l'époque hellénistique : les personnages sont sans vie, serrés les uns contre les autres, et les proportions ne sont pas toujours respectées (voir la taille du cheval / humain) ce qui annonce d'ailleurs la stylisation austère du Moyen Age.



LE PALAIS DE GALERE


Situé place Navarinou, on découvre cet ensemble depuis la promenade aménagée tout autour (on ne pénètre pas sur le site proprement dit), en se dirigeant vers la mer en privenance de l'Arc de Galère.


Les archéologues s'accordent à y voir les vestiges d'un vaste complexe palatial construit pour l'empereur Galère, s'organisant autour d'une cour à ciel ouvert bordée d'un portique sur ses quatre côtés. Les campagnes de fouilles ont permis d'exhumer des vestiges de différentes salles officielles et privées, de logis pour les gardes, de fontaines et de bassins. De longs couloirs dallés de mosaïque permettaient de passer des unes aux autres. Dans l'angle S-O (à l'opposé en diagonale en venant de la rue Gounari) s'élève un édifice octogonal, la salle du trône. D'un diamètre de 30m (contre 24,5 pour la Rotonde), cette belle pièce était dallée de marbre (restes significatifs) et pourvue de sept niches et de rangées de sièges courant tout autour des murs. Les archéologues y retrouvèrent un arc de pierres (déposé aujourd'hui au musée archéologique). Parmi une abondante décoration sculptée y figurait un buste de Galère. Une adjonction postérieure qui pourrait être un baptistère laisse croire que l'édifice fut transformé en église.


HOLY CHURCH OF PANAGIA DEXIA


Bien que #Panagia #Dexia fasse partie des églises #byzantines les plus récentes de la ville, elle vaut la peine d'y consacrer du temps.


Des #fresques colorées et de belles icônes byzantines ornent son intérieur, tandis que l'une d'elles est considérée comme miraculeuse !

Il existe plusieurs hypothèses et spéculations différentes sur l'origine du nom du temple. Le plus répandu, cependant, soutient que le nom est dû à la nature particulière de l'icône qui y est logée. Contrairement à la grande majorité des icônes religieuses byzantines, la #ViergeMarie est ici représentée tenant Jésus enfant dans sa main droite au lieu de sa main gauche, ce qui lui a valu le surnom de " Droite " .

EGLISE SAINT-PANTALEON


Au croisement des rues Arrianou et Iasonidou, le monastère était un centre spirituel du XIVe siècle et était associé à l'activité d'écriture et d'enseignement des principaux hellénistes Thomas #Magistrou et Matthaios #Vlastaris.

Elle est de forme cruciforme tétragonale complexe avec un dôme et un parapet et un second dôme couronnant le #narthex, tandis que deux chapelles se forment à l'extrémité orientale des galeries latérales.

De la phase initiale de la décoration peinte, la Vierge de #Blachernitsa, les saints et les hiérarques sont conservés dans le presbytère, le diaconat et dans les chapelles.

Après le milieu du XVIe siècle (vers 1568-1571), le temple fut transformé en mosquée sous le nom de "Mosquée #Isaakie" (= la mosquée d'Isaac). Les fresques et les maçonneries extérieures sont blanchies à la chaux, un minaret est érigé dont la base est conservée et une fontaine en marbre est construite dans l'enceinte.

EGLISE SAINT-NICOLAS L'ORPHELIN


Un peu plus haut, en continuant les ruelels en pente vers la forteresse l'église Saint nicolas l'orphelin, fermée lors de notre passage, contient encore les restes de #propylon

Aujourd'hui, l'église est un bâtiment d'une seule pièce au toit en bois avec un parapet se terminant par deux chapelles à l'est. La maçonnerie est irrégulière de rangées de briques et de pierres et quelques céramiques à l'est. Intérieurement, l'espace central communique avec les arcades latérales par des ouvertures bilobées ornées de chapiteaux théodosiens à décor peint. L'iconostase en marbre à décor écrit est associée à la phase de construction du temple. Sous le plancher du presto se trouvent de nombreuses tombes.


Son chef-d'œuvre de décoration de #fresques est l'un des ensembles les mieux conservés de Thessalonique. Dans l'église principale sont représentées des scènes du #Dodecaortos, de la #Passion, de la #Résurrection et du cycle liturgique et des figures de saints. Des scènes de l'hymne #Akathistos ornent le portique nord, la Vie de saint Nicolas et Menologies ornent celui de l'ouest, tandis que des miracles du Christ, les représentations de la Vierge Marie et la vie de saint Gerasimos le Jordanite ornent celui du sud. Les scènes narratives se caractérisent par le pittoresque et la vivacité, tandis que les scènes de la Passion par l'intensité dramatique. Dans les formes individuelles, le volume, la finesse des traits et la richesse des couleurs sont mis en valeur. Les fresques du temple sont une œuvre de la Renaissance paléologue mature associée au cercle artistique des peintres thessaloniciens Georgios Kalliergis, Michel Astrapas et Eutychiou. Leur créateur est probablement identifié à celui qui a conçu le catholicon du monastère serbe de Helandari au temps de Miliutin (1314).

MONASTERE DES VLATADES


Le monastère saint patriarcal et croisé de #Vlatades est le seul monastère byzantin en activité à Thessalonique et l'un des monuments byzantins les plus importants de la ville. Il a été construit par les frères #Dorotheos et Markos #Vlattis, disciples de l'archevêque de Thessalonique, Agios Grigorios Palamas, à l'endroit où, selon la tradition, l'apôtre #Paul a prêché la parole divine aux Thessaloniciens et son catholicon est dédié à la #Transfiguration de le sauveur.


Le bâtiment existant du catholicon remonte au XIVe siècle, tandis que l'existence d'une phase antérieure est certaine, qui a formé la base sur laquelle l'église paléologue a été construite. Sur le plan architectural, le katholikon est une église inscrite complexe avec un parapet et appartient au groupe d'églises-monastères catholiques qui ont des caractéristiques communes dans leur typologie, leur morphologie et forment ce qu'on appelle : "l'école de Thessalonique". À l'intérieur, il conserve d'excellents exemples de peinture paléologue, parmi lesquels se distingue l'inclusion de Saint Grégoire de #Palamas dans le programme pictural de l'église, ce qui semble avoir été fait très peu de temps après sa mort, probablement à l'initiative de son élève et plus tard archevêque de Thessalonique. , Dorothée #Vlattis (1371-1379).

Bientôt, pendant le patriarcat du patriarche œcuménique Nil (1380-1388), un sceau patriarcal a été émis. Pendant l'occupation turque, le Monastère connut une grande prospérité et acquit des privilèges qui furent ratifiés par un firman de Mohammed II en 1446. Aujourd'hui, le Monastère possède une Voûte où se trouvent icônes portatives, sculptures, manuscrits et autres reliques du Monastère du XIIe siècle à aujourd'hui sont affichés et a une communauté monastique florissante sous l'abbé de l'évêque théophile d'Amoriu M. Nikiforos #Psychloudis. En même temps, le monastère abrite, depuis 1968, la Fondation patriarcale pour les études patristiques, qui est une Fondation scientifique théologique du Patriarcat œcuménique.


BASILIQUE AGHIOS DIMITRIOS (SAINT-DIMITRI)


C'est la plus grande église de la ville (patrimoine mondial de l'UNESCO) et le sanctuaire principal dédié à son saint patron, Agios #Dimitrios ; elle se dresse sur le site présumé de son martyre vers 306. Restaurée après l'incendie de 1917, conformément aux plans architecturaux d'origine, l'église a conservé des éléments d'un intérêt historique et artistique incomparable : les mosaïques byzantines du 7 s. de part et d'autre de l'entrée de l'abside sont d'une délicatesse et d'un raffinement remarquables.


Lors d'une réunion, il fut capturé et placé devant l'empereur #Maximien, qui voulait connaître la vérité sur les conversions. Saint #Démétrios a proclamé sa foi en disant : "... je ne crois qu'en Christ." Avec cette proclamation, Maximien ordonna que saint Démétrios soit envoyé en prison et soumis aux tortures les plus cruelles.


Même si saint Démétrios a été emprisonné, il n'a pas cessé de prêcher l'évangile à ceux qui venaient le voir. En prison, il reçut la visite de son disciple, #Nestoras. Nestoras était un homme de petite taille et était venu demander la bénédiction de son professeur bien-aimé pour combattre dans les prochains jeux de gladiateurs. L'empereur avait décidé d'utiliser les jeux comme un duel entre le christianisme et le paganisme en défiant n'importe quel chrétien à un combat contre le géant athlétique, Leo.


Avec la bénédiction de Saint Demetrios, Nestoras a combattu et tué Leo. Furieux de la perte de son gladiateur préféré, l'empereur ordonna que Nestoras soit décapité sur-le-champ. Reconnaissant que saint Démétrios était la puissance inspiratrice de Nestor, l'empereur ordonna que saint Démétrios soit exécuté par une lance le 26 octobre 306 après JC Les chrétiens enterrèrent le corps de saint Démétrios sur le lieu de son exécution et à cause du beau parfum qui émanait de son tombeau, il a été nommé #Mirovlitis ou "Le jaillisseur de myrrhe".



Les icônes les plus anciennes de saint Démétrios se trouvent dans son temple de Thessalonique dont il est le saint patron. Ce n'est pas seulement parce qu'il y est né et mort, mais parce que les gens pensent que c'est son intervention qui a sauvé la ville lors de nombreuses attaques des nations slaves, bulgares, arabes, sarrasins et autres. Même la libération de Thessalonique pendant les guerres des Balkans de 1912 coïncide avec la fête de Saint Démétrios le 26 octobre.



Dans les temps anciens, la vie de saint Démétrios était commémorée par des célébrations qui duraient des mois. Ces célébrations s'accompagnaient de nombreux événements comme le fameux marché nommé "Demetria". Des commerçants et des hommes d'affaires d'Europe, d'Égypte, d'Arabie et de Libye sont venus faire du commerce et commercer. Les festivités ont également été suivies par des philosophes, des savants de l'époque et des artistes. À ce jour, Thessalonique accueille chaque année la plus grande exposition commerciale internationale de Grèce.


Le monument est une basilique à cinq nefs, avec un narthex et un transept. Sous le sanctuaire et le transept se trouve la crypte. Une chapelle de Saint #Euthyme est attachée à l'angle sud-est de l'église. Très peu de fragments du décor sculptural et pictural (mosaïques, peintures murales) de l'église, ont survécu au terr