Rechercher

ZOO DE BEAUVAL

Dernière mise à jour : 12 nov.

Et voilà ! Départ pour la saison 3 pour le Grand sud, en accompagnement de la grande migration !

Pour ceux qui viennent de nous rejoindre, rappelons que nous avons entrepris depuis le début de l'été un tour d'Europe destiné à faire connaitre notre projet solidaire et humanitaire que nous développerons à partir d'octobre 2023 en afrique et pendant plusieurs années

La saison 3, constitue donc une de nos étapes en Europe, en descendant vers le sud afin de continuer à profiter de ce climat exceptionnellement doux !

Alors première étape à Saint-Aignan pour visiter le célèbre Zoo de Beauval , plus beau zoo de France mais aussi dans le top 5 des parcs animaliers mondiaux.

Une réalisation que l'on doit à Françoise DELORD, décédée en 2021, qui a consacré toute sa vie à sa passion pour les oiseaux et à la sauvegarde et la protection animale.

Rien de plus normal donc que de commencer la saison ici !

PREMIER JOUR DE VISITE


Départ depuis le parking Nord pour cette première journée. Depuis l'entrée nous rejoignons le dôme puis la zone sud via le téléphérique. Une occasion en or pour voir le parc dans son ensemble, avec une vue exceptionnelle; En chemin nous apercevons des harpies féroces, des grues caronculées, et aussi des grues royales que nous avions particulièrement appréciées en Ouganda




















LA PLAINE DES ELEPHANTS - 10

POUR RETROUVER TOUTES LES PHOTOS DE CETTE ZONE CLICQUEZ SUR LA PHOTO CI DESSOUS

Le téléphérique nous amène dIrectement au niveau de la plaine des éléphants. Ici de nombreux points de vue s’offrent à vous.


À leur hauteur ou depuis un point sur-élevé, nous admirons ces géants terrestres sous tous les angles… D'ailleurs nous les avions déjà aperçus vu du ciel depuis la télécabine.

Avec chance, nous avons même pû assister à leur alimentation.

L'éléphant d'Afrique des savanes pèse plus de 7 tonnes et mesurer jusqu'à 4 mètres de hauteur. Chaque individu présent à Beauval ingère quotidiennement 100 à 150 kg de végétaux en tous genres (fruits, feuilles, branches…), ainsi qu'une centaine de litres d'eau.

Il existe 3 espèces d'éléphants dans le monde : l'asiatique, plus petit avec des oreilles étroites et deux espèces africaines : l'éléphant des forêts que nous croiserons principalement au Gabon - il a la particularité d'avoir ses défenses orientées vers le bas ! et l'éléphant des savanes plus commun, la plus grande de toutes les espèces


Beauval Nature aide à la lutte contre le braconnage des éléphants au Kenya

Le Rombo Group Ranch au sud du Kenya abrite des milieux naturels encore intacts. C’est un lieu de conservation privilégié pour de nombreuses espèces menacées, telles que l’éléphant. Cependant les éléphants sont en proie aux braconniers d’ivoire et à la chasse illégale.

L’association Beauval Nature soutient la fondation Big Life qui a initié, entre autres, un ambitieux projet de surveillance et de lutte contre le braconnage au sein du ranch. Ainsi, plus de 250 rangers ont été recrutés parmi la population locale afin d’assurer des patrouilles quotidiennes et une surveillance mobile au sein du ranch.

Comme vous le savez notre projet prévoit le soutien aux associations qui aident à la sauvegarde des espèces. Et notre objectif en Afrique est de découvrir et mettre en vant celles qui, moins connues, attendent avec beaucoup d'espoirs des dons pour les aider dans leur entreprise.

La fondation big Life fait probablement partie de celles qui ont besoin d'aide et nous pouvons je pense faire confiance au zoo de Beauval dans le choix de son partenaire.

vous avez la possibilité de faire des dons directement au profit de cette fondation dont voici le site de contact : https://biglife.org/



A côté des éléphants, nous approchons un groupe d'okapis, un mammifère mystérieux, proche cousin de la girafe principalement présent au Congo, république démocratique, dans des clairières ou dans les savanes, le long des rivières affluentes du fleuve Congo et aussi dans les forêts tropicales congolaises.

L'okapi est un animal mystérieux. Ses longues pattes zébrées, sa taille et sa corpulence ont fait que Johnston le classa initialement dans la famille des équidés.

En réalité, l'okapi est la seule espèce du genre Okapia et l'une des cinq dernières espèces de la famille des giraffidés dont les quatre autres appartiennent au genre Giraffa,


L’okapi ressemble en fait à une girafe de petite taille. Spon corps est court, trapu et massif. Il partage avec elle de nombreuses caractéristiques dont 4 significatives : des pattes prolongées de sabots, un cou très long, une langue pouvant atteindre plus de 30 cm et deux cornes osseuses sur le dessus du crâne. Celles-ci, appelées « ossicônes » ne sont présentes que chez les mâles okapi, alors qu'elles apparaissent aussi bien chez les mâles que chez les femelles girafe.

Sa langue préhensile ressemble donc à celle de la girafe mais est proportionnelle à sa taille: elle est bleue et mesure entre 30 et 50 cm de long . Elle lui sert pour se nourrir mais également pour se laver tout le corps : y compris ses oreilles et ses yeux1.

Beauval Nature au secours des okapis au Congo

Depuis des siècles, la forêt d'Ituri en République Démocratique du Congo sert de refuge aux okapis, ainsi qu'à des populations de Pygmées dépendantes des ressources naturelles de ce milieu. La guerre civile, qui sévit depuis des années dans le pays, entraîne un accroissement du braconnage et de la déforestation.

Beauval Nature soutient l’Okapi Conservation Project qui a pour objectifs : la gestion de la population d'okapis, l’augmentation des patrouilles d'éco-gardes, le développement des équipements pour le suivi des okapis, ainsi que le lancement d'un programme de reforestation avec le soutien des communautés locales.

En 1987, Wildlife Conservation Global, Inc (GIC) a établi un partenariat avec l'Institut

Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) pour protéger l'okapi et son habitat. Soutenu par l'association Beauval Nature, le travail de cette fondation a mis en évidence le fait que des okapis vivaient dans la forêt de Semiliki, contigüe à celle d'Ituri.

Vous pouvez effectuer un don directement en suivant le lien de la photo ici à gauche

Cette collaboration a déjà permis d'atteindre plusieurs objectifs :

  • gestion de la population d'okapis



  • augmentation des patrouilles d'éco-gardes

  • développement des équipements (GPS, ordinateurs, téléphones satellites, véhicules…)

  • lancement d'un programme de reforestation, avec le soutien des communautés locales

  • création de comités de conservation dans les villages.

LA SERRE AUSTRALIENNE - 5

POUR RETROUVER TOUTES LES PHOTOS DE CETTE ZONE CLICQUEZ SUR LA PHOTO DU LAPIN CI DESSOUS



Sur le chemin de la serre australienne, nous ne résistons pas au plaisir de déambuler au milieu des animaux de la ferme : lapins aux grandes oreilles, chèvres naines, cochons-d'Inde, anes, poneys, poule consituent la jolie basse-cour du parc

Dans cette zone vous apercevrez de nombreuses variétés d'animaux d'origine australienne !


Tout d'abord nous apercevons des dendrolagues, une espèce de kangourou arboricole, reine de la haute-voltige, capable grâce à ses puissantes pattes avant et courtes pattes arrière de grimper rapidement et de sauter depuis des hauteurs proches de 20m sans heurts !

On les trouve dans les forêts tropicales de nouvelle-Guinée et sont eux aussi menacés par la destruction de leur habitat

Un peu après, toujours dans la serre australienne , ce sont les koalas et de nombreux poissons multicolores qui attirent notre attention !


Appartenant à la famille des Phascolarctidés le koala est, avec le kangourou et le diable de Tasmanie l’un des symboles de l’Australie.

Ce marsupial que l'on appelle éaglement le paresseux australien élève lui aussi ses petits dans une poche ventrale. Mais le koala dispose d’une autre particularité. Il est le seul animal au monde à manger des feuilles d’eucalyptus ou gommier, une plante toxique pour les autres animaux grâce à un caecum d'une longueur exceptionnelle de 2.5m en forme d'appendice ! Tout son organisme s’est adapté pour la vie dans les forêts d’eucalyptus : petit corps trapu, ses membres courts et ses grandes oreilles rondes, pattes très musclées, griffes acérées et coussinets rugueux lui permettent de s’agripper aux branches et aux troncs des arbres.


Aujourd'hui, la perte d'habitat et l'impact de l'urbanisation (comme les attaques des chiens ou les accidents de la route) sont les menaces les plus graves pour la survie du koala.

Malheureusement, les forêts d’eucalyptus qui lui servent d’habitat naturel sont menacées par les sécheresses, les incendies et la déforestation.

En partenariat avec le Zoo de San Diego, Beauval participe à la protection des koalas.


En mai dernier, l’ONG Australian Koala Foundation (AKF) présentait un rapport selon lequel il ne resterait plus que 80 000 koalas à l’état sauvage en Australie. Ce chiffre, alarmant, conduit à supposer que l’espèce serait fonctionnellement éteinte.

Beauval Nature participe à la protection du koala


Avec le soutien de l’association Beauval Nature, le Zoo de San Diego a développé un programme de conservation et de recherche sur les koalas. Ce programme a pour objectif l'étude des comportements des koalas dans la nature ainsi que dans les parcs zoologiques, de leur répartition dans le milieu naturel et le développement de certaines maladies.


Avec le soutien de l’association Beauval Nature, le Zoo de San Diego a développé un programme de conservation et de recherche sur les koalas. (Vous avez la possibilité de faire un don directement depuis leur site en suivant le lien de leur logo)

Son principal site d'étude se situe à Saint Bees Island, dans le Queensland. Ce programme a pour objectif l'étude des comportements des koalas dans la nature ainsi que dans les parcs zoologiques, leur répartition dans le milieu naturel et le développement de certaines maladies (dysplasies de la hanche et de l'épaule, maladies métaboliques des os…).

Depuis l'arrivée d’un groupe de koalas à Beauval en 2002, de nombreux petits sont nés : une excellente nouvelle pour la pérennité de l’espèce !

Une autre espèce phare d’Australie et emblématique vous attend aussi hors de la serre ! le diable de Tasmanie . alors il ne s'agit pas de Taz, ni de près ni de loin, ce dernier étant sorti directement de l'imagination de warner Bross mais bel et bien d'un petit marsupial carnivore originaire de Tasmanie, mais le plus grand d'Australie malgré tout !

En réalité, loin d'être aussi féroce que son cousin animé, il est plutôt méfiant, timide. Son cri strident peut toutefois impressionner !

LA PLAINE ASIATIQUE - 7

POUR RETROUVER TOUTES LES PHOTOS DE CETTE ZONE CLICQUEZ SUR LA PHOTO CI DESSOUS

Poursuivons notre visite en direction de la plaine asiatique à la rencontre des tapirs malais, rhinocéros indiens , grues et antilopes

À l’intérieur de ce vaste territoire, une multitude d’herbivores venus d’Asie s’épanouissent en harmonie.

Un véritable moment de douceur pendant lequel nous avons admiré les majestueux cerfs axis, les tapirs malais, les grues à cou blanc ou encore les rhinocéros indiens… parmi la dizaine d’espèces vivant là !

Le rhinocéros indien est revêtu d'une peau ferme et solide, à l'apparence plus marquée d' armure naturelle, plus sombre que celle des autres rhinocéros.

Ce mammifère est également le plus grand des trois espèces de rhinocéros vivant en Asie. Malgré ses 2,7 tonnes et une longueur de 3, 5 mètres, il reste néanmoins plus petit que son cousin africain, lui aussi présent à Beauval : le rhinocéros blanc. A l’état sauvage, le rhinocéros indien est braconné et recherché pour ses vertus en médecine traditionnelle.


De l'autre côté du chemin, nous observons également les tapirs malais. Cette espèce est facilement différentiable de ses congénères par sa grande tache blanche sur le dos et les flancs. Hormis celle-ci, son corps et sa tête sont entièrement noirs, à l'exception du bout des oreilles qui est blanc.